Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Ménages : 8% des hommes font les courses

hommes

Les pères de famille sont de plus en plus nombreux à s’acquitter de la corvée des courses. Des hommes « pousse-chariot » dont une étude brosse le portrait.

Touslesbudgets.com s’était penché sur la question il y a quelques temps : la « ménagère de cinquante ans » a bien changé depuis les années 1960. Elle reste toutefois celle qui fait le plus souvent les courses : selon une étude Kantar Media, seuls 8% des pères de famille (4,2 millions de Français) s’acquittent régulièrement de la corvée des courses.

Lire aussi : Les « gros pleins » de courses se font rares

Cela reste peu mais suffisant pour que, à en croire le panéliste, « la sacrosainte ménagère de moins de cinquante ans chère aux annonceurs [ne soit] plus la seule cible de consommation à séduire ». Kantar Media ajoutant que les pères de famille « sont de plus en plus nombreux à gérer les courses courantes pour le compte de leur foyer ».

L’étude s’attache à brosser le portrait de celui qui est surnommé « l’homme pousse-chariot ». Il en ressort qu’il est âgé de 42 ans en moyenne, qu’il réside principalement dans les zones rurales (pour 28% d’entre eux) et les petites agglomérations. Côté social, précise Kantar Media, « il fait partie de la classe moyenne -71% des hommes pousse-chariot- et sont sous-représentés parmi les classes aisées ».

En vidéo : La répartition des tâches ménagères en chiffres

Des hommes connectés, qui achètent souvent

Ce père de famille rompu aux rayons des supermarchés est, apprend-t-on via l’étude, équipé d’un smartphone dans deux cas sur trois, plus que la moyenne globale des acheteurs principaux des foyers français. Et il sait s’en servir : Kantar Media souligne que les hommes « pousse-chariot » sont près de deux fois plus nombreux que les autres « à s’aider de leur smartphone pour comparer les prix en magasin ou chercher des informations sur les produits qu’ils envisagent d’acheter ».

Ils sont ainsi 53%, soit 9% de plus que les autres acheteurs principaux, à rechercher des infos en ligne avec d’acheter en magasin. « S’ils aiment les grandes marques, ils ne sont pas prêts à payer le prix fort pour les avoir et utilisent toutes les ressources nécessaires pour se les procurer à moindre prix : coupon de réduction, comparateur de prix, achat groupé… », explique l’étude.

Kantar Media rapporte également que 43% de ces pères de famille sont des « méga-consommateurs » (un univers de produits très large et des fréquences de consommation importantes). Dans le détail, ils sont plus nombreux que les autres à acheter des pizzas au moins une fois par semaine (24.3% contre 13.1%), ainsi que des salades et sachets traiteurs et des plats cuisinés.

A l’inverse, l’homme « pousse-chariot » consommerait moins de produits lights… mais plus de produits biologiques, « affichant ainsi [sa] volonté d’acheter des produits plus qualitatifs lorsqu'[il] trouv[e] le temps pour les préparer », ajoute Kantar Media.

Aller plus loin : Neuf astuces pour gérer son budget courses

Benjamin Hay - © WavebreakmediaMicro - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Budget des ménages : l’alimentation reste un poids lourd

Les revenus modestes ont parfois du mal à y faire face.

Le rôle grandissant des enfants dans la consommation

Du petit-déjeuner aux jouets, en passant par les vacances ou la voiture, l’avis de l’enfant pèse de plus en plus sur les dépenses familiales.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil