Un site d'information
proposé par
Education

Bien préparer ses études à l’étranger

étranger

Partir à l’étranger, un rêve pour de nombreux étudiants, qui demande un peu d’organisation et un certain budget.

Les jeunes Français rêvent de voyager. Ils sont 85% à être intéressés par un séjour à l’international pendant leurs études. Entre 2011 et 2013, la mobilité a augmenté de 24% selon une étude de Campus France publiée en février 2016. Mais en pratique, tous ne peuvent pas partir. En 2013, seuls 3.5% des étudiants français s’étaient rendus à l’étranger dans le cadre de leur cursus (soit 73 354 personnes). Ce qui place tout de même la France au sixième rang mondial en nombre d’étudiants à l’étranger.

Une fois la décision prise, la problématique du budget se pose rapidement. Parmi ceux qui n’envisagent pas de partir, 32% sont convaincus de ne pas pouvoir financer le séjour. En effet, les étudiants estiment à 6 075 euros le coût d’un séjour international de six mois. A condition d’être dans la bonne moyenne : certains pays, comme l’Australie ou les Etats-Unis, ont des frais de scolarité et un coût de la vie sur place bien plus importants.

Faire ses demandes de bourses

Des bourses existent, pour aider les jeunes (ou leurs parents) à financer leurs études à l’étranger. Elles varient en fonction de la situation du candidat, de l’endroit où il souhaite se rendre et de son lieu d’origine. L’allocation Erasmus (uniquement en Europe) s’élève entre 150 et 320 euros par mois.

Puis viennent les aides locales, certaines régions étant plus généreuses que d’autres en termes de mobilité. Les étudiants estiment à 2 416 euros le montant moyen de leur bourse pour six mois. Campus France révèle également un paradoxe : 40% des étudiants boursiers partent sans ces aides, tandis que 28% des non boursiers en bénéficient. Enfin, il est important de prendre en compte que les sommes allouées arrivent parfois en décalé, mieux vaut donc avoir des économies de côté.

>>> Lire aussi : « Sans bourses d’études, ça change la donne ! »

Bien s’organiser pour limiter les frais

Cela ne freine pas tout le monde pour autant. Près de la moitié (46%) des étudiants pensent que pour financer leur séjour, tout est une question d’organisation, quitte à prendre un petit boulot, à chercher une colocation avant le départ et à multiplier les bons plans. Il est important de se renseigner, par exemple, sur le coût de la vie locale ou les frais bancaires.

Et si la considération du budget reste importante, elle n’est pas non plus la première préoccupation des étudiants. Ceux qui ne veulent pas partir se justifient d’abord par une crainte de mal parler la langue locale et de ne pas savoir se faire comprendre. Un quart des étudiants qui partent à l’étranger estiment que le budget du séjour dépend de ses priorités et qu’il faut savoir accepter les sacrifices financiers si l’on veut partir. Enfin, jeunesse rime quand même avec insouciance, ils sont 31% à avouer ne pas avoir réfléchi à la question du budget avant le départ. Quand d’autres affirment tout simplement prendre cette décision sur un coup de tête.

>>> Lire aussi > La bonne idée : échanger sa chambre pendant ses études

Marine Couderette - ©-gor-Mojzes - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Logement étudiant : comment bien chercher?

Touslesbudgets.com vous donne quelques conseils.

Job d’été, à quoi sert l’argent gagné ?

Pour certains jeunes, l’été rime avec farniente, bronzette et détente, pour d’autres, il est synonyme de travail.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil