Un site d'information
proposé par
Auto

Carizy, un tiers de confiance pour vendre votre auto d’occasion

carizy un tiers de confiance pour vendre votre auto d'occasion

Lancée il y a deux ans, la plateforme Carizy se pose en tiers de confiance entre le vendeur d’un véhicule d’occasion et ses acheteurs potentiels.

L’achat d’une voiture neuve ne se fait, souvent, qu’au terme d’une longue période de réflexion. Ne serait-ce que parce que la somme engagée est conséquente. L’an dernier, les Français ont ainsi dépensé, en moyenne, 26 146 euros pour se l’offrir.

En 2015, selon journal l’Argus, il a fallu engager 14 926 euros pour une voiture d’occasion. Et avec la voiture d’occasion, la confiance apparaît comme variable de choix. Sur un marché français de la seconde main qui est l’un des plus dynamiques d’Europe (dans l’Hexagone, une voiture neuve se vend pour 2,8 modèles d’occasion), il n’est pas toujours facile de trouver la bonne affaire. Le tout en évitant les pièges (défauts cachés, mauvais payeurs, etc.).

C’est ainsi pour limiter les risques entre vendeurs et acheteurs que Mathias Hioco a lancé Carizy mi-2015. Pour TLB, le jeune entrepreneur a bien voulu se prêter à un check-up complet de sa solution :

De quoi s’agit-il ?

D’un site internet qui se propose d’être le tiers de confiance entre le vendeur d’un véhicule d’occasion et ses acheteurs potentiels. Lancé il y a deux ans, d’abord en Ile-de-France puis sur tout le territoire, Carizy tourne actuellement à plus de 100 transactions par mois. Environ 350 véhicules y sont disponibles à la vente. Un expert mandaté par la plateforme vient chez le vendeur pour, notamment, s’assurer du bon état de la voiture.

Quels types de véhicules sont concernés ?

Tous les types de véhicules d’occasion, de la petite citadine à la berline haut-de-gamme. Seules conditions : que votre « futur-ex » soit âgée de moins de dix ans et qu’elle n’affiche pas plus de 120 000 kilomètres au compteur.

A quel besoin cela vient répondre ?

C’est Mathias Hioco qui en parle le mieux : « Ce qui m’a motivé à lancer Carizy, c’est une expérience personnelle. Quand j’ai voulu vendre mon véhicule d’occasion, je me suis rendu compte que c’était un parcours du combattant. Car si l’on veut vendre, il faut passer par un professionnel qui vous la reprend mais à un prix qui nous fait perdre 30 à 40% de sa valeur.

L’autre solution, c’est de s’en occuper soi-même. Mais il faut aller sur Le Bon Coin, fixer un prix -ce qui est déjà compliqué-, prendre des photos… Cela prend beaucoup de temps et à l’arrivée, on reçoit plein d’appels de gens pas sérieux, avec les risques d’arnaques que cela comporte.

Nous sommes aussi le deuxième marché en France derrière l’immobilier, avec 5,7 millions de transactions par an, dont les deux tiers se sont entre particuliers. »

>>> (Vidéographie) Les Français et leur équipement auto

Comment ça fonctionne ?

Première étape, l’inscription de votre voiture. « Vous allez sur le site dans la rubrique Vendre, vous rentrez votre plaque d’immatriculation et les finitions de la voiture. Vous obtenez ainsi une estimation en temps réel du prix de votre véhicule« .

Le prix de vente, imposé, est calculé par des algorithmes. « Le principe, c’est de fixer le bon prix. Pour cela, on se base sur les valeurs de transactions enregistrées chez les particuliers et les professionnels (…) Le prix peut varier par la suite en fonction de l’offre et de la demande enregistrées par les algorithmes. »

C’est là que les experts entrent en jeu. Carizy peut compter sur plus de 130 cabinets d’expertise et 600 experts diplômés et formés à son service.

« Une fois le prix fixé, vous prenez rendez-vous gratuitement avec un expert qui va venir chez vous sous 48 heures -l’expertise dure une heure-. Le prix de vente final validé, nous publions l’annonce sur les sites comme Le Bon Coin ou Paru Vendu. »

Quelles garanties ?

La principale garantie, c’est l’intervention de l’expert. Celui-ci vient chez vous pour ausculter votre voiture. « Il va inspecter 100 points de contrôle sur la voiture et réaliser un essai routier« , explique Mathias Hioco. Le visiteur va également prendre une quarantaine de photos via l’appli mobile Carizy, qui serviront à mettre le véhicule en valeur sur sa future annonce.

A l’arrivée, l’acheteur potentiel pourra savoir si la voiture a subi des dommages ou connaître l’historique de son entretien. Autant d’informations qui, selon Mathias Hioco, « font gagner du temps et apportent de la transparence« . La transaction n’est en tous cas conclue que lorsque l’acheteur a pu voir et tester le véhicule.

Combien ça coûte ?

L’accès au service est gratuit. Le site prend une commission allant de 5 à 6% de la vente du véhicule. Un montant qui n’est dû que si la transaction est définitivement conclue. « Le paiement est aussi sécurisé. L’argent passe sur un compte temporaire et n’est versé qu’une fois la transaction faite. »

Le bonus

La livraison à domicile. « Si le vendeur est à Lyon est que l’acheteur est à Paris, on offre la possibilité de lui livrer son véhicule, pour un coût qui dépend de la distance. » Comptez entre 200 et 300 euros.

Propos recueillis par Benjamin Hay - © Edler von Rabenstein - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Revendre sa voiture électrique, un sacerdoce ?

Les ventes de voitures électriques neuves en France, malgré un bond de 64% en 2015, ne pèsent que 1% du marché automobile.

Les Français tentés par la boîte auto

La proportion d’immatriculations de véhicules à boîte de vitesses automatique a plus que doublé en France en dix ans.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil