Un site d'information
proposé par
Habitat

Ce qui redonne confiance au consommateur

confiance

Le sondage mené dans le cadre de l’Observatoire Cetelem 2017 montre qu’en dépit d’un climat morose, les Français s’appuient sur leurs valeurs refuge pour reprendre le chemin de la confiance.

A quoi ça tient, la confiance ? Pour ce qu’il en est de la consommation, à une série d’éléments que détaille l’Observatoire Cetelem 2017, présenté ces dernières heures.

Le consommateur européen -le sondage a été mené auprès de 12 200 ressortissants de quinze pays de l’Union- reste préoccupé par les incertitudes sociales et économiques qui l’entourent.

Il est cependant -et le Français encore plus- enclin à trouver des solutions -voire, il les a déjà adoptées- pour retrouver le moral, telles que les pratiques nées de la consommation collaborative.

Car, selon l’Observatoire, les revenus et la situation économique qui sont « au cœur des priorités d’actions avant même la menace sécuritaire ».

Mais, aussi, il s’appuie sur ses « valeurs refuge », à même de l’entraîner sur le chemin de la confiance et de la dépense-plaisir :

Les proches

« Valeur refuge » par excellence en temps d’incertitudes, la famille conserve la confiance de 92% des Européens, devant les amis (88%) et bien loin avant la « société actuelle » (29% seulement).

Quant à l’acte d’achat, l’entourage « proche » est là aussi très écouté (87% lui font confiance à ce moment-là), davantage que les magazines spécialisés (70%), les notes et avis de consommateurs sur Internet (63%) ou le vendeur en magasin (52%).

Parenthèse : selon l’Observatoire, pas moins de 60% des consommateurs européens ont déjà renoncé à un achat « par manque de confiance dans le vendeur » !

Les « nouvelles pratiques » de consommation

Ces nouvelles façons de consommer, issues de la consommation collaborative, ont la confiance de 59% des Européens lorsqu’il s’agit de services d’achat/vente d’objets entre particuliers (67% des Français).

L’échange de biens/services entre particuliers séduit 55% des consommateurs de l’Union. Plus d’un Français sur deux fait enfin confiance aux plateformes de covoiturage (54%, contre 34% des Européens), devant la location d’appartement/maison entre particuliers (44%).

Les marques et labels

Près d’un Européen sur deux (46%) déclare leur « faire confiance ». Deux sur trois sont même prêts à payer plus cher lorsque la marque leur inspire confiance. Où l’on reparle de « valeur refuge » : 72% déclarent savoir « de plus en plus à l’avance » ce qu’ils vont acheter comme marques lors de leurs prochaines courses. La même proportion indiquant choisir de plus en plus souvent les mêmes marques « pour ne pas être déçu ».

A noter également une confiance plus importante dans les labels, en particuliers chez les jeunes de 18 à 34 ans (73% à leur faire confiance), ainsi que dans les petites et moyennes entreprises (74% des Français) davantage que dans les grandes (36% seulement).

Touslesbudgets.com - © bernardbodo - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

« Le souhait de l’enfant est un critère d’achat »

Le Baromètre Approuvé par les familles 2017 met en lumière le rôle grandissant des enfants dans la décision d'achat de leurs parents.

« A chaque génération sa fascination »

Près de deux consommateurs sur trois se disent fidèles aux marques sur le high-tech ou la beauté et près d’un sur deux sur la mode (51%).

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil