Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Ce qu’il faut savoir sur les centimes d’euro

©Jackin-Fotolia.com_.jpg

Alors que la Belgique s’interroge sur l’idée de supprimer les pièces de 1 et 2 centimes d’euro, voici tout ce que vous devez savoir sur cette monnaie rouge dont on ne sait jamais quoi faire.

  • Les banques n’acceptent pas les pièces de 1 et 2 centimes.

FAUX. Toutes les banques en France acceptent les pièces rouges à condition que celles-ci soient placées dans les rouleaux adéquats. Rouleaux qui peuvent être obtenus gratuitement à l’accueil de son agence. Attention toutefois : les pièces sont à déposer et non à échanger.

  • Les commerçants ne peuvent pas refuser un paiement en pièces de 1 et 2 centimes.

VRAI. Les commerçants ne peuvent pas refuser les centimes. C’est ce que stipule l’article R. 642-3 du Code pénal : « Le fait de refuser de recevoir des pièces de monnaie ou des billets de banque ayant cours légal en France selon la valeur pour laquelle ils ont cours est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 2e classe ».
Mais attention : un règlement européen précise qu’un commerçant peut refuser le paiement s’il y a plus de 50 pièces.

  • Produire les centimes coûtent plus cher que leur valeur.

VRAI. Les 46 milliards de pièces de 1 et 2 centimes en circulation dans l’Union coûtent à la fabrication parfois jusqu’à quatre fois leur prix. Le surcoût pour la zone euro est chiffré à…1,4 milliard d’euros.

==> Aller plus loin : DOSSIER : 15 idées pour dépenser moins

  • Tous les pays de la zone euro utilisent les pièces de 1 et 2 centimes.

FAUX. La Finlande et les Pays-Bas n’utilisent plus les pièces de 1 et 2 centimes d’euro, les prix sont arrondis à 5 centimes près. Ces pièces sont uniquement frappées pour les collectionneurs.

  • La Commission Européenne réfléchit à supprimer ces pièces de 1 et 2 centimes.

VRAI. La Commission Européenne va lancer une grande concertation avec les Etats membres, les banques centrales et les associations de consommateurs autour des pièces de 1 et 2 centimes d’euro. Pour l’heure, 4 options sont avancées : maintenir ces pièces dans la zone euro (statu quo), réduire leur prix de revient, les éliminer définitivement ou les faire disparaître progressivement après l’arrêt de leur production.

  • Les pièces coûtent plus chers que les billets

FAUX. La Monnaie de Paris explique : « Les pièces sont éternelles, alors qu’un billet est remplacé tous les 6 mois, et ça coûte à chaque fois au contribuable. La vraie économie à faire, c’est transformer le billet de 5 euros en pièces. On ferait une économie de 10 milliards d’euros, bien meilleure que si on supprimait les pièces de 1 ou 2 centimes ».

  • Il y a plus de pièces en circulation en Allemagne qu’en France.

VRAI. Il y a environ 150 pièces par habitant en circulation en France, contre 250 pièces par habitant en Allemagne par exemple. Depuis 2002, la Monnaie de Paris a injecté près de 18 milliards de pièces en euro. Sur ce stock, il n’en resterait plus qu’environ 10 milliards à cause des pièces perdues et de celles qui sont sorties du territoire.

Julien Auduc - Fotolia - Jackin

Vous aimerez aussi

A partir de quand est-on riche ?

Nous sommes allés à votre rencontre pour vous poser la question.

Les « gros pleins » de courses moins fréquents

Le "gros plein" de courses est en baisse légère mais constante depuis une dizaine d'années, selon une étude.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil