Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Comment bien choisir son smartphone d’occasion

smartphone

Un portable dernier cri, ça fera toujours envie. Mais vu le prix sans abonnement des téléphones les plus récents, beaucoup se tournent vers le marché de l’occasion pour trouver le meilleur compromis performances/glamour/prix.

A l’heure d’acheter un nouveau portable, on se pose néanmoins toujours la question au moment de valider le paiement : ai-je fait le bon choix ? Voici quelques conseils pour vous aider à y voir plus clair dans cette autre jungle du commerce 2.0 qu’est celle des smartphones d’occasion.

Quels critères privilégier pour choisir ?

Le premier, c’est l’état. Un smartphone étant un appareil relativement sensible aux chocs, aux températures extrêmes et – sauf exceptions – à un plongeon dans l’eau, il est impératif de tester ses principales fonctions avant d’acheter, surtout si vous passez par la case petites annonces entre particuliers. Fuyez donc les coques griffées, les écrans fendus et les bugs de toutes sortes. En boutique, s’assurer que le téléphone est bien garanti.

Les autres critères dépendent, là encore, de l’utilisation que vous souhaitez faire du téléphone. Mais les trois éléments les plus saillants sont la puissance et la vitesse du processeur, la taille de la mémoire vive et la version de l’OS en place. Plus c’est gros, plus ça va vite, plus c’est récent et plus c’est cher… mais plus c’est performant.

Autre point à ne pas négliger : la batterie. Son autonomie par rapport à la moyenne du même modèle neuf permet d’apprécier si l’utilisateur précédent était un pépère soigneux ou un geek forcené à qui il a fallu dégreffer le phone avant de le revendre.

Aller plus loin : Se retrouver dans la jungle des smartphones à moins de 200 euros

En boutique ou sur Internet ?

Deux sources principales pour dégotter la « bonne occase » : les boutiques – spécialisées en téléphonie ou en vente de matériel d’occasion – et les petites annonces sur Internet. Avantage des premières : la provenance des téléphones n’est pas douteuse, on est sûr qu’ils fonctionnent et ils sont toujours garantis, même si c’est pour une période courte. Inconvénient : les prix sont logiquement plus élevés qu’auprès d’un particulier trouvé sur Le Bon Coin ou un autre site d’annonces.

En vidéo : Vingt minutes pour réparer un smartphone

iOS ou Androïd ?

La bataille entre Apple et Google ne s’arrête pas aux frontières du marché de l’occasion. Acheter une seconde main est d’ailleurs souvent le moyen le moins risqué de tester un téléphone sous Androïd si on est un iPhoniste convaincu ; ou a contrario l’iOS si on est venu au smartphone par Samsung, LG, HTC ou Wiko.

Et on ne vous parlera pas des autres OS comme Windows Phone, BlackBerry 10 ou Firefox, qui représentent à elles toutes moins de 10% du marché. Les mobiles qui les utilisent sont donc rarissimes sur le marché de l’occasion. Même si le Windows Phone – et les terminaux Nokia, qui appartiennent au géant américain – mérite vraiment qu’on s’y attarde. Quant aux deux poids lourds, pas de grands secrets : Apple reste devant pour la simplicité d’utilisation, la stabilité et la richesse de l’App Store, son magasin d’applis.

Plus complexe d’approche, Androïd garde une longueur d’avance en termes de personnalisation de l’interface utilisateur et de facilité d’accès aux contenus multimédia. Sans compter les progrès de Google Play, qui offre désormais plus d’un million d’applis.

« Brand New » ou vintage ?

Avec quoi fait-on les meilleures affaires ? Les modèles les plus récents à peine sortis de la boîte ou les téléphones entre deux âges, ni complètement largués ni vraiment up to date ? « Quand un portable commence à arriver en occasion, on peut l’obtenir en général jusqu’à 30% sous le prix du neuf auprès d’un particulier et 20% en boutique », indique Sylvain, acheteur dans une boutique de matériel d’occasion à Marseille.

Selon lui, « tout dépend de l’utilisation qu’on veut faire du téléphone. Si c’est juste pour les appels et les SMS, on peut prendre un vieux truc à 10 ou 15€, ça suffira. Mais si on veut jouer à Pokémon Go, faire tourner les dernières applis et prendre des vidéos en 4K, il faudra se tourner vers un appareil haut de gamme de moins d’un an. »

Les modèles les plus recherchés s’échangeront à 15 ou 20% sous le prix du neuf selon l’état ; les moins courus jusqu’à moitié prix, même quelques semaines après leur sortie. Chez Sylvain, on vend donc des Samsung S7 quasi neufs et même des Nokia 3310 millésime 2000 réputés indestructibles.

Lire aussi : Comment Wiko a bousculé les lignes du marché du smartphone

A quel prix ?

Dans la boutique de Sylvain, le prix des smartphones oscille entre 10€ pour le vieux Motorola sans âge et jusqu’à 600€ pour l’iPhone 6. Selon lui, « la moyenne des bons portables d’occasion, c’est entre 20 et 50% sous le prix du neuf, dans la limite de deux ans après la date de sortie. »

A plus de deux ans d’âge, un smartphone commence en général à montrer quelques signes de faiblesse. Les nouvelles applis ne tournent pas, on ne peut pas lire certains contenus, on ne peut plus mettre son OS à jour… la valeur décline donc rapidement, mais les possibilités d’utiliser l’appareil qu’on achète déclinent aussi.

En clair, si vous voulez jouer aux derniers jeux sortis, partager des vidéos avec vos amis et avoir une activité intense sur les réseaux sociaux, mieux voir prévoir un gros budget – pas moins de 300€ en tout cas, pour un portable milieu/haut de gamme âgé d’environ un an. Pour une utilisation pro, voix, SMS e-mail et consultation d’Internet,  un appareil vieux de 18 mois à deux ans et 80 à 100€ devraient suffire. Si les modèles sont en très bon état, of course.

Aller plus loin : Toutes les sélections d’applications mobile

Touslesbudgets.com - © goodluz - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

La seconde vie des smartphones

A l'approche des fêtes de Noël, les marques de smartphones ne cessent de dévoiler leurs nouveautés. Et toujours avec autant de succès. Friands de nouv...

« Les usagers d’I-Phone consomment plus d’applications que les autres ...

Il existe des applications mobiles pour tout ou presque et les Français, friands de smartphones, ne sont pas les derniers à s'en servir. Utilisateurs ...

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil