Un site d'information
proposé par
Santé

Comment économiser sur ses prothèses auditives

prothèses

En France, on estime que la moitié des personnes atteintes de troubles auditifs ne sont pas équipées de dispositifs médicaux. Parmi les raisons invoquées, le prix très élevé des audioprothèses figure en tête de liste. Moyennant quelques précautions et un avis médical, il existe des solutions pour faire baisser la facture.

En moyenne, s’équiper d’un appareil auditif coûte 1 535 €, selon le Syndicat National des Audioprothésistes (UNSAF). Sur ce montant (qui comprend l’appareil, l’analyse, les réglages et le suivi), la Sécurité Sociale ne rembourse qu’un forfait de 60% sur la base de 199,71 €, soit, au maximum, 119,83 €. Le reste est à la charge du patient. Voici quelques idées, adaptées aux pathologies de chacun, pour économiser sur l’achat d’un dispositif auditif.

  • Avoir recours à un assistant d’écoute

Cette solution n’est adaptée qu’aux personnes atteintes de surdité légère, car l’assistant d’écoute, lancé en 2014 et disponible sans ordonnance, n’est pas un appareil auditif. À titre de comparaison, il est à l’audioprothèse ce que les lunettes loupes sont aux verres correcteurs : une solution de soutien pour des pathologies bénignes. Il s’agit d’un simple amplificateur sur deux niveaux (11 et 20 dB), mais, à partir de 199 €, l’assistant d’écoute constitue une solution très bon marché, si votre ouïe n’est pas trop dégradée.

  • Viser le « discount »

Il n’y a pas d’exception : les « discounters » sont présents dans le domaine des audioprothèses comme dans tous les secteurs du commerce. Avec des appareils jusqu’à 40% moins chers que ceux des grandes marques (Audika, Amplifon), Siemens ou Phonak constituent des solutions fiables puisqu’ils utilisent le même réseau de fournisseurs. Si vous acceptez de faire l’impasse sur certains services à la carte (suivi longue durée, etc.), vous aurez donc un appareil de qualité équivalente à un prix abordable.

>> Lire aussi : Mal entendre peut coûter cher

  • Penser à l’aide PCH…

En complément du remboursement de l’assurance maladie et de votre mutuelle, vous pouvez souscrire au dispositif « Prestation Compensation de Handicap » (PCH).  Sous certaines conditions, l’audioprothèse fait en effet partie des dispositifs pris en charge par cette aide d’État. Pour cela, il faut avoir moins de 60 ans et remplir certaines conditions de handicap, mais l’aide peut compléter l’achat d’un montant oscillant entre 299,57 € et 599,13 €. N’hésitez pas à vous renseigner auprès d’une Maison Départementale des Personnes handicapées (MDPH) près de chez vous.

  • …et à l’occasion

Il est possible d’acheter une audioprothèse de seconde main sur certains sites marchands. Si ce système est avantageux a priori (les prix sont parfois divisés par trois), il exige certaines précautions. Les audioprothésistes ne vendant pas d’appareil d’occasion, il s’agit d’un marché entre particuliers.

Un avis médical reste nécessaire afin de vérifier que l’appareil que vous visez peut convenir. Faites au préalable établir un devis auprès de votre audioprothésiste afin d’évaluer le montant des frais de réglages et de suivi. Enfin, la durée de vie d’une audioprothèse étant évaluée à cinq ans, vérifiez la date d’achat du matériel.

A voir, notre reportage sur le prix des prothèses auditives en France :

Romain Carlioz - © RomainQuéré - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Des aidants peu aidés

Un nombre important d'aidants décéderaient avant le conjoint aidé.

La double peine des handicapés

Plusieurs centaines de milliers de personnes font l'objet d'une hospitalisation chaque année en France, à la suite d'un accident de la vie courante ou...

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil