Un site d'information
proposé par
Auto

Coût de l’entretien : le revers de la médaille pour les SUV ?

Coût de l’entretien le revers de la médaille pour les SUV

Avec des chiffres de vente en progression constante, le SUV (pour Sport Utility Vehicle) séduit un public de plus en plus large. Pourtant, à l’usage, ces modèles se révèlent souvent plus coûteux que la moyenne.

Au premier trimestre 2017, selon le baromètre du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) les SUV représentaient 30% des ventes de véhicules en France, soit trois points de mieux que l’an dernier. Une tendance qui imprègne aussi le marché européen où, sur la même période, 1,2 million de modèles se sont écoulés, un chiffre en hausse de 22,9% (source : Jato Dynamics).

Si, à l’achat, ces véhicules sont à peine plus chers que des monospaces, ils restent coûteux à l’usage. En septembre 2017, le comparateur de garages Vroomly a mené une étude sur 20 millions d’interventions et 23 000 types de véhicules afin d’évaluer le coût de l’entretien selon les modèles. Résultat : « On constate que plus on effectue des réparations importantes, plus l’écart de prix entre les SUV et les autres véhicules grimpent », analyse Alexis Frerejean, fondateur du site.

>>> Lire aussi : Les intentions d’achat de voitures électriques plus fortes que celles de modèles diesel

Des SUV chers à l’entretien, avantageux à la revente

Qu’il s’agisse d’un entretien courant (208 euros contre 193 euros), d’une révision des freins (207 euros contre 159 euros), voire des amortisseurs (403 euros contre 286 euros), les tarifs des prestations SUV sont plus élevés que la moyenne. De son côté, l’Argus évalue le prix de revient au kilomètre des SUV les plus économiques entre 1,25 (Mercedes GLA) et 0,53 euro (Dacia Duster), des moyennes supérieures à celles de certaines berlines familiales comme la Dacia Logan (0,47 euro au kilomètre).

Pour Alexis Frerejean, cet écart s’explique d’abord par la nature du véhicule : « Les SUV sont plus imposants, avec des pièces techniques complexes, proches de celles des 4×4. Des pneus à la distribution, l’écosystème reste cher, sans compter que ce sont souvent des modèles diesel, ce qui génère aussi un surcoût. » Selon Vroomly, une révision simple coûte 11,9% de plus pour un diesel par rapport à un véhicule essence.

Le SUV est-il pour autant une mauvaise affaire ? Pas si sûr. « Comme pour tout véhicule premium, si les prestations demeurent plus onéreuses, on constate aussi que, lors d’une revente, les SUV subissent très peu de décote », précise Alexis Frerejean.

>>> Aller plus loin : L’argent des radars automatiques en chiffres

Romain Carlioz - © Renault Media - Yannick Brossard

Vous aimerez aussi

Contrôle technique auto, du changement pour 2018

Au menu, plus de points de contrôle et certaines réparations obligatoires sous 24h, sous peine de ne pas pouvoir circuler.

Dossier : diminuer son budget auto

Le budget auto est un poids lourd de nos dépenses quotidiennes. Découvrez de nouvelles idées pour dépenser moins.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil