Un site d'information
proposé par
Dépêche AFP

La collecte des emballages ménagers stagne

La collecte des emballages ménagers a été quasiment stable en 2016 avec 3,3 millions de tonnes (+1%), bien que le tri de tous les plastiques soit possible dans de plus en plus de collectivités, selon le bilan annuel d’Eco-Emballages publié jeudi.
« En 2016, 68% des emballages ménagers ont été recyclés, soit 3,3 millions de tonnes sur les 4,9 millions mises sur le marché », indique dans un communiqué l’éco-organisme chargé de piloter la filière.
L’objectif réglementaire était de parvenir à recycler 75% des tonnages mis sur le marché dès 2016.
Les ménages sont censés trier les emballages des produits de consommation courante comme le carton, le verre, les canettes, les conserves et les contenants en plastique (bouteilles d’eau, de lait, de shampoing, de lessive, etc.).
Dans le cadre d’un plan de relance du recyclage de 90 millions d’euros lancé en 2014, Eco-Emballages indique avoir investi 43 millions d’euros « pour moderniser 36 centres de tri et créer 9 centres pilotes, condition indispensable pour trier et recycler les nouvelles résines plastiques ».
Dans 185 collectivités, représentant 15 millions de personnes, l’ensemble des emballages plastique (barquettes, yaourts, films, etc.) est maintenant intégré à la collecte.
Mais en dépit de cette collecte élargie, les tonnages collectés chaque année ont très peu progressé depuis 2013 lorsqu’ils avaient atteint 3,2 millions de tonnes.
Le plan a aussi « permis de cibler les collectivités ayant des performances en deçà de 40 kg par an et par habitant », la moyenne nationale étant de 46 kg/an/hab.
Des progrès notables ont par exemple été enregistrés dans l’agglomération de Toulon pour le verre, dans la métropole du Grand Nancy et en Corse pour les emballages légers, souligne Eco-Emballages.
Afin d’améliorer les performances, l’organisme souhaite notamment développer l’éco-conception, qui consiste à penser au recyclage des produits dès leur élaboration.
Parmi les pistes concrètes de travail, l’organisme met en avant le développement de barquettes composées à 100% de plastique PET, davantage d’emballages mono-matériau et le développement d’emballages identifiables par tri optique.
Via une contribution versée à Eco-Emballages, quelque 50.000 entreprises contribuent au financement des activités de collecte, tri et recyclage des emballages ménagers.
Le Point Vert, qui figure sur les emballages, indique que le fabricant a versé cette contribution mais ne garantit pas que le produit peut être recyclé.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil