Un site d'information
proposé par
Dépêche AFP

Les tarifs des cliniques baisseront moins que ceux des hôpitaux en 2018

Les tarifs hospitaliers vont de nouveau baisser en 2018 et leur réduction sera moins marquée pour les établissements privés à but lucratif que pour ceux à but non lucratif ou publics, a annoncé lundi le ministère de la Santé.
Le Premier ministre l’avait annoncé début février: “les nouveaux tarifs hospitaliers (…) seront en baisse”. On connaît désormais l’ampleur de cette réduction. Pour la première fois depuis 2013, le secteur public sera davantage mis à contribution que les cliniques privées.
Les montants remboursés aux hôpitaux pour leurs actes de médecine, chirurgie et obstétrique (MCO) vont diminuer de 0,5%, a précisé le ministère de la Santé dans un communiqué, soulignant que cette évolution est “sensiblement plus favorable” que les années précédentes.
Le secteur public sera par ailleurs le seul à bénéficier d’une hausse des dotations pour la psychiatrie (+1,1%) et les soins de suite (+0,7%).
Pour le secteur lucratif, la baisse des tarifs MCO sera contenue à 0,2%, afin de compenser la réduction du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE).
A l’inverse, le secteur privé non lucratif subira une diminution de 1%, en raison du crédit d’impôt sur la taxe sur les salaires (CITS) créé en 2017.
Ces restrictions sont censées freiner la hausse des dépenses liées à l’augmentation du nombre d’actes. Le budget de la Sécu pour 2018 table sur une progression de 2% pour les établissements de santé, soit 80,7 milliards d’euros au total.
Mais une partie de cette somme sera gelée dès le départ: comme l’an dernier, le gouvernement a décidé de “constituer une réserve” de 0,7%, soit 565 millions d’euros, qui viendront s’ajouter aux baisses des tarifs.
En prenant en compte ce gel “prudentiel”, la diminution atteindra 1,2% dans les hôpitaux publics, 1,7% dans les établissements non lucratifs et 0,9% dans les cliniques privées.
“Alors que nous avions demandé la stabilité, le gouvernement impose une nouvelle baisse”, a déploré Lamine Gharbi, président de la fédération du secteur lucratif (FHP), dans une déclaration transmise à l’AFP.
“Cette politique du rabot qui n’en finit pas fragilise encore les établissements de santé”, a-t-il ajouté, rappelant qu'”un nombre important d’hôpitaux et de cliniques sont déjà en déficit en raison des baisses successives de tarifs”.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil