Un site d'information
proposé par
Dépêche AFP

Les tarifs réglementés du gaz baisseront de 3,3% en mai (régulateur)

Les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie à environ 5,8 millions de consommateurs en France baisseront de 3,3% en moyenne au 1er mai, a annoncé jeudi la Commission de régulation de l’énergie (CRE).
Cette baisse (hors taxes) sera de 3,4% pour les foyers se chauffant au gaz, de 1,2% pour les foyers utilisant le gaz pour la cuisson, et de 2,1% pour ceux qui en ont un double usage cuisson et eau chaude, a détaillé la CRE dans un communiqué.
Cette baisse « reflète la baisse de la consommation liée à la période estivale », explique le régulateur.
Ils avaient déjà baissé en avril (-0,73%) après une augmentation de 2,63% en mars.
Au total, depuis le 1er janvier 2014, les tarifs réglementés ont baissé en moyenne de 16,2%.
Ces tarifs sont révisés mensuellement, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole.
Selon la procédure habituelle, le collège de la CRE a étudié et validé jeudi la révision demandée pour le mois de mai par Engie.
Depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc.).
jum-mhc/ef/bir

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil