Un site d'information
proposé par
Dépêche AFP

Parly travaille en « pleine confiance » avec les armées, pas de « débat » sur les opérations

La ministre des Armées Florence Parly a déclaré mercredi travailler en « pleine confiance » avec le nouveau chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, et ne pas voir de « débat » sur le financement des opérations extérieures.
« Nous travaillons en pleine confiance pour une raison très simple, c’est que c’est le président de la République et moi-même qui l’avons choisi et nommé », a relevé Florence Parly sur France 2.
Sur le financement des opérations extérieures (Opex), qui était en grande partie assumé en interministériel ces dernières années et le sera en 2017 par les Armées, « il n’y a pas de sujet, il n’y a pas de débat », a-t-elle ajouté.
Le général Lecointre a mis en garde mardi contre les « réflexes de régulation budgétaire sauvages » et jugé « extrêmement dangereux » de laisser à la seule charge des Armées le financement des Opex.
Parce qu’il est responsable des opérations, le chef d’état-major des armées a « aussi des responsabilités en matière de cohérence générale à la fois de la programmation et des engagements budgétaires », a-t-il dit à l’Université d’été de la Défense – qui réunit chaque année parlementaires, militaires et experts – à Toulon (Var).
Il a le double « souci de l’engagement (en opérations) et de la préparation de l’avenir (…) qu’il s’agisse des investissements, de la préparation du budget, des domaines de nature capacitaire, de ressources humaines ou autres », a-t-il ajouté.
Son précédesseur, le général Pierre de Villiers, a démissionné en juillet après un rappel à l’ordre brutal du président Emmanuel Macron pour avoir vivement contesté devant une commission parlementaire le serrage de vis budgétaire imposé en 2017 aux armées.
Florence Parly avait alors souligné dans une interview au JDD que le chef d’état-major est « le responsable opérationnel de nos forces » mais que « sur les sujets budgétaires, c’est au ministre de s’exprimer devant les élus ».
Emmanuel Macron a déclaré jeudi dans une interview au Point « assumer totalement » la crise qu’il a eue avec les armées. « Les armées ne font pas ce qu’elles veulent, elles ne sont pas autopilotées », a-t-il souligné.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil