Un site d'information
proposé par
Dépêche AFP

Seita: nouvelle manifestation des salariés contre la fermeture de leur usine

Entre 750 personnes selon la police et 1.400 selon la CGT ont manifesté jeudi contre la fermeture de l’usine Seita à Riom (Puy-de-Dôme), dernière fabrique de cigarettes en France continentale, promise à la fermeture.
Fin novembre, le numéro 2 du marché du tabac en France avait annoncé qu’il allait « se désengager des sites de Riom et de Fleury-les-Aubrais » (Loiret), à partir du « second semestre 2017″.
Les 239 emplois que compte l’usine de Riom devraient être délocalisés en Allemagne et en Pologne, selon la CGT.
« On veut continuer à mettre la pression sur l’État avant les négociations autour du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE), qui doivent débuter le 7 mars, pour qu’il impose au groupe Imperial Tobacco la suspension du projet de fermeture », a expliqué à l’AFP Ludovic Gotiaux, délégué syndical et délégué du personnel CGT du site de Riom.
Le cortège composé de salariés, planteurs de tabac, buralistes et élus, a défilé dans les rues du centre-ville. Les manifestants ont été rejoints par des habitants et des salariés travaillant dans d’autres secteurs, tels que la Société des Eaux de Volvic, Constellium ou la Banque de France, a détaillé la CGT.
Après la fermeture de l’usine de Carquefou (Loire-Atlantique) en 2014, la cité auvergnate est la dernière fabrique de cigarettes en activité en France continentale. Seita conserve uniquement une petite usine de cigarettes en Haute-Corse, qui produit pour le seul marché local.
Pour sauver leur avenir, les représentants des salariés et un comité de soutien ont proposé à l’État un projet alternatif autour de la « traçabilité de la filière », du plant de tabac jusqu’au fumeur.
Tout en maintenant les installations en France, ce projet permettrait d’aider « à faire baisser la consommation de cigarettes en France », grâce à des cigarettes moins nocives et provoquant moins la dépendance.
Une réunion devrait prochainement avoir lieu entre les représentants des salariés et les ministères de la Santé, de l’Industrie et du Budget, a précisé le syndicaliste.
kal/ppy/fm

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil