Un site d'information
proposé par
Loisirs

Dépenser moins pour nourrir son animal

Nourriture, accessoires ou vétérinaire, le budget dédié à nos animaux domestiques est conséquent. Comptez 800 euros par an, en moyenne, pour un chien et 600 euros pour un chat. Touslesbudgets.com vous donne quelques astuces pour réduire vos dépenses croquettes.

Comparer les prix

Les prix peuvent être très compétitifs et cela peut valoir le coup de les étudier de près. Cela vaut aussi bien pour les jardineries, les animaleries, les grandes surfaces ou les sites internet. Les comparateurs de Drive en ligne permettent de savoir, en quelques clics, dans quel supermarché se trouvent les croquettes les moins chères.

Acheter en gros

Comme pour nos propres aliments, ceux de nos amis à quatre pattes sont moins chers quand ils sont achetés en plus grande quantité. Il faut donc regarder attentivement le prix au kilo. Selon la taille de l’animal et le type de nourriture recherchée, les économies varient de 10 à 20%. Il est possible d’acheter par exemple des lots de deux paquets de 15 kg de croquettes à prix réduits. Grouper ses achats, avec de la famille ou des amis qui ont aussi des animaux de compagnie permet d’acheter de grosses quantités sans se poser la question du stockage ou de la conservation des aliments.

==> Lire : Nourrir son animal, un vrai budget

Miser sur la qualité

Donner de la nourriture de bonne qualité, parfois plus chère, impacte directement la santé de votre animal. Un animal mieux nourri sera moins souvent malade et, sur le long terme, vous serez gagnants sur les dépenses vétérinaires (11% de parts du marché des animaux domestiques).

Acheter en ligne

L’achat de croquettes ou la pâtée en ligne permet, à coup sûr, d’alléger la facture. Certains sites proposent régulièrement des promotions. Zooplus.fr, Pournosanimaux.com, Berkz.fr ou Zoofast.fr, les sites de ventes en ligne sont légion. Comptez, en moyenne, une cinquantaine d’euros pour un sac de 12/14 kg de croquettes de marque pour chiens par exemple. Attention aux frais de livraison qui peuvent néanmoins faire grimper la facture. Sur certains sites, ils sont offert à partir d’un certain montant de commande.

Adapter les quantités

Dans un premier temps, établir un diagnostic poids avec un professionnel permet de mieux ajuster la portion alimentaire journalière de votre animal domestique. Dans certains cas, cela permet des économies de 5 à 15% de la quantité d’aliments donnée et, par extension des dépenses moindres. A noter qu’un quart des animaux domestiques souffrent d’obésité selon les vétérinaires.

S’inscrire aux clubs de marques

Purina, Pedigree ou Whiskas : la majorité des marques proposent de faire partie de clubs. En échange de votre fidélité, la marque propose régulièrement des bons de réductions, des conseils, des jeux-concours et des cadeaux

Demander les restes

La solution la plus économique, pour faire plaisir à son animal sans se ruiner. Il suffit de demander les restes, trop petits pour être vendus, ou les os à son boucher. Cependant, les aliments dédiés à vos animaux sont étudiés pour leur fournir tous les nutriments dont ils ont besoin, il n’en est pas de même avec les invendus du boucher qui peuvent être un plus mais ne doivent pas remplacer les croquettes ou la pâtée.

Marine Couderette - ©Rita Kochmarjova - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Animal assuré, maître rassuré ?

Et les prix ne sont pas les mêmes qu'il s'agisse d'un chien ou d'un chat.

Les Français adorent les animaux

En France, un foyer sur deux est propriétaire d’un animal de compagnie.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil