Un site d'information
proposé par
Habitat

Facture d’énergie : petits gestes pour grands effets

facture-énergétique.jpg

Après un bond de 200 euros en 2012, la facture énergétique des ménages s’est encore alourdie au mois de septembre. Face à la hausse du prix de l’électricité, chacun s’organise comme il le peut. Illustration avec une famille alsacienne qui effectue de petits gestes au quotidien pour réduire ses dépenses en énergie.

Pour Anne-Marie, son mari et leur deux enfants, la démarche est d’abord écologique avant d’être économique. Il n’empêche qu’en mettant bout à bout les petits gestes dans leur maison de Colmar (Haut-Rhin), ils ont réussi à faire baisser leur consommation d’électricité et de gaz « de 15 à 20% ». Ce qui n’est pas rien, quand le prix de l’électricité a connu une hausse record en août, de 5%. Le gaz, lui, a baissé de 0,18% au 1er septembre. Pour faire diminuer la note dans leur maison de 120 m² habitables, construite il y a une trentaine d’années, tous les moyens sont bons. « Nous avons installé des multi-prises avec interrupteur partout dans la maison, explique Anne-Marie. Nous les coupons tous les soirs, car même si on n’en n’a pas l’impression, éviter d’avoir des appareils en veille joue beaucoup dans la consommation d’énergie. Même une machine à laver qui ne fonctionne pas consomme un peu ».

Les appareils en veille représentent en effet une dépense de 86 euros par an et par foyer. Toute la maison est équipée d’ampoules économiques ou à LED. Le couple, grand consommateur de produits biologiques, a même tranché dans le vif : « Nous n’avons plus de congélateur, à la place nous consommons plus de produits frais et ça nous va très bien, confie la mère de famille. Nous avons également changé de réfrigérateur pour un plus petit et moins consommateur d’électricité, car on s’est aperçus qu’on ne le remplissait pas tant que ça. Le gros, l’ancien, nous l’avons mis à la cave, où il doit servir cinq à six fois par an ».

140 euros d’électricité en moins

Les « douches à rallonge », elles aussi, n’ont plus droit de cité au sein du foyer. Les fenêtres ne sont jamais laissées ouvertes dans la journée, « pour éviter les courants d’air ». Même la température de la maison a été abaissée de 19 à 18 degrés. Sans problème, apparemment. « On s’est rendus compte qu’il faisait froid les premiers jours, mais que l’organisme s’adapte très bien par la suite, assure Anne-Marie. Nous mettions des pulls le cas échéant ». Il n’y a donc eu qu’un pas entre écologie et économies.

Les « petits gestes » de la famille ont fait baisser la facture annuelle d’électricité de 140 euros. C’est déjà ça de pris sur une facture énergétique globale de 1 500 euros par an, soit un peu plus que le montant de la facture moyenne des Français, qui s’élève à 1 403 euros selon une étude de l’Ademe publiée en septembre. Et encore, « on a eu très peu d’ensoleillement cet hiver, modère Anne-Marie. C’est compliqué de mesurer l’impact de la baisse de température dans la maison ». Le chauffage au gaz est, d’ailleurs, la prochaine piste de réflexion de la famille. « La chaudière arrive en fin de parcours », précise encore Anne-Marie, qui a déjà des solutions de remplacement plus économiques et écologiques en tête, comme l’eau chaude sanitaire. Seule certitude, à l’été 2014, l’électricité, elle, augmentera de nouveau de 5%.

Benjamin Hay

Vous aimerez aussi

Ces centres dentaires moins chers

Comment parviennent-ils à réduire le coût pour le patient ? Éléments de réponse.

6 pistes pour économiser sur le prix des lunettes

En France, une paire de lunettes coûte en moyenne 472 euros.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil