Un site d'information
proposé par
Habitat

Le pouvoir d’achat immobilier « préservé » grâce aux taux bas

le pouvoir d'achat immobilier préservé grâce aux taux bas

Le Salon national de l’immobilier s’ouvre aujourd’hui à Paris, jusqu’à dimanche. TLB en a profité pour demander au président de la Fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM), Jean-François Buet, de dresser le bilan et les perspectives du marché pour l’exercice 2017-2018.

L’actualité immobilière est particulièrement riche en cette rentrée. Entre les annonces du gouvernement et le Salon national de l’immobilier, qui s’ouvre ce vendredi à Paris (jusqu’à dimanche), TLB a demandé au président de la Fédération nationale des agents immobiliers (FNAIM), Jean-François Buet, de dresser le bilan et les perspectives du marché pour l’exercice 2017-2018.

Touslesbudgets.com : Quel bilan tirez-vous de l’année 2017 sur le marché immobilier en France ?

Jean-François Buet : Il s’agit d’une année exceptionnelle, avec des records en termes de nombre de transactions. Un année bonne globalement aussi avec des prix qui sont, néanmoins, restés contenus. On n’a pas pu y constater de spéculation malgré l’augmentation du nombre des ventes et de l’activité transactionnelle en général.

La location aussi a bien fonctionné, le neuf également, grâce notamment aux dispositifs que sont le prêt à taux zéro ou la loi Pinel. C’est ce qui fait de cette année 2017 une année exceptionnelle, c’est que tout à fonctionné là où, d’ordinaire, entre le neuf et l’existant, il y en a toujours un qui marche mieux que l’autre.

La seule distorsion tient dans la géographie de notre beau pays, où l’on a des métropoles très dynamiques -Bordeaux, Nantes, Toulouse, Strasbourg…- comme certains villes moyennes mais de petites agglomérations où le marché est plus difficile.

TLB : Qu’en a-t-il été du pouvoir d’achat immobilier des Français ?

J.-F.B. : Il a continué de progresser à la faveur de la baisse des taux de crédits, qui a maintenu ce pouvoir d’achat et qui a même permis à certains ménages de devenir propriétaires. Ces taux devraient d’ailleurs rester bas au moins à cours terme.

TLB : Est-en toujours le bon moment pour acheter ?

J.-F.B. : Globalement oui, dans la mesure où il n’y a pas d’inflation sur les prix. On note juste des exceptions dans certaines villes, comme Paris (7 à 8%) ou Bordeaux (3 à 4%). Il y a de nombreux endroits où ce n’est pas le cas, comme à Poitiers ou Dijon, où les prix sont stables voire en recul de 1 à 2%.

Les conditions sont en tous cas réunies. Si l’on est primo-accédant, il faut profiter, par exemple, du prêt à taux zéro.

>>> L’achat immobilier, plus engageant que le mariage ?

TLB : La mise en service de lignes à grande vitesse vers certaines grandes villes -Bordeaux et Rennes en particulier- entraîne-t-elle une hausse des prix ?

J.-F.B. : Ça a clairement changé la dynamique locale. Les investisseurs regardent toujours si le dynamisme économique d’une ville ou l’évolution des flux migratoires. Sur ces points, la LGV n’apporte que du positif, car cela signifie que l’on va pouvoir vendre son bien plus vite. Et sur ces critères, le bailleur qui veut investir va pouvoir plus facilement se constituer une retraite pour plus tard -alors qu’à Paris, la rentabilité peut être très faible-.

Quant aux prix, nous avons constaté que cela les avait soutenus, mais qu’ils n’étaient pas montés en flèche. Là ils grimpent le plus, c’est toujours à Paris, où le déséquilibre entre la demande et l’offre reste trop fort.

>>> Comment vendre, au mieux, son bien immobilier ?

TLB : Comment s’annonce l’année 2018 pour le marché immobilier ?

J.-F.B. : Il y a toujours un certain nombre d’interrogations mais on peut essayer de se risquer : nous avons aujourd’hui des taux bas, un climat de « confiance » autour de l’immobilier et un pouvoir d’achat globalement préservé par les taux.

Mis à part des incertitudes quant aux APL et sur la fiscalité, on devrait avoir un marché qui se tient. Peut-être que les dispositions prises sur les APL contiendront certains loyers. Mais ce sont des équilibres à manier avec précaution.

Propos recueillis par Benjamin Hay - © Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Le home staging, en vrai, comment ça marche ?

Popularisé par les émissions télévisées, le home staging peut-être un bon moyen pour accélérer voire débloquer la vente de votre logement.

Ils vous aident à mieux vendre votre voiture

Touslesbudgets.com vous fait découvrir le travail des car-stagistes, qui corrigent les défauts de votre auto pour vous permettre de mieux la vendre.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil