Un site d'information
proposé par
Loisirs

La saga des baskets

baskets2.jpg

Régulièrement, Touslesbudgets.com revient sur l’histoire d’un produit ou d’une marque à succès qui a changé le monde de la consommation. Aujourd’hui les baskets, passées en quelques décennies de simples chaussures de sport à un objet de collection dont le prix ne cesse d’augmenter.

Et du caoutchouc naquit la basket ! Mais cela a pris du temps. Bien que découvert au XVe siècle, c’est en 1842 que Charles Goodyear, Monsieur pneu, crée la première semelle souple grâce au procédé de vulcanisation. C’est toujours aux USA que la première paire de baskets est créée en 1868 à New Heaven par la compagnie Candde Manufacturing. Comme c’est à cette époque que la pratique sportive commence à se développer, il ne faut pas attendre longtemps pour que certains s’emparent de cette invention.

Messieurs Reebok et Converse en pionniers

Parmi les pionniers, on retrouve M. Reebok, William Foster qui, le premier met au point des chaussures à pointes pour la course en 1890. 18 ans après, c’est le Marquis de Converse qui crée la marque du même nom et invente la première chaussure pour les basketteurs en les faisant remonter sur les chevilles après s’en être tordu une en pratiquant son sport favori. Et puis il y a deux frères allemands, Adi et Rodolphe Dasler. Eux, ils commencent par fabriquer des pantoufles dans la buanderie de leur mère. Et après une dispute, Rodolphe crée Puma, et Adolf, dit Adi, Adidas. Le XXe siècle voit le sport se développer. Et avec lui des marques se spécialisent sur les vêtements et sur les chaussures de sportifs. On découvre ainsi Nike, New Balance, Le Coq Sportif… Mais jusqu’aux années 70, les baskets restent aux pieds de ceux qui courent et transpirent.

Quand le hip-hop se chausse de baskets

C’est à New York, dans le Bronx dans la deuxième moitié des années 70 que naît un nouveau mouvement : le hip-hop ! Et avec lui la basket devient un accessoire de mode, voire plus encore… Dans les années 80, dans les rues de Big Apple, les be-boys, nom donné aux pionniers du hip-hop, se baladent Adidas ou Nike Air aux pieds. Le groupe Run DMC ira même jusqu’à enregistrer le mythique « My Adidas » en 1986. La marque aux trois bandes n’y sera pas insensible et signe avec les rappeurs le premier contrat sponsoring non-sportif pour montant de 1 million de dollars. Car les équipementiers sportifs ont vite compris l’intérêt d’être présent sur le terrain et plus particulièrement dans la rue auprès des jeunes.

La révolution Air Jordan

Les habitudes de consommation changent et à la fin des années 80, 50% des paires de chaussures vendues ne sont désormais pas dévolues à une pratique sportive. Dans les années 90, c’est au tour de Michael Jordan et à ses chaussures rouges et noires,  de représenter la marque Nike. L’historique Air Jordan, qui connaît encore aujourd’hui un succès considérable est alors portée par un américain sur 12. On estime que plus de 200 millions de paires ont ainsi été vendues depuis leur création. En 2011, la Jordan Brand représentait également 72 % de parts de marché dans le secteur de la chaussure de sport aux États-Unis.
Aujourd’hui, les collectionneurs préfèrent parler de sneakers plutôt que de baskets. Les boutiques de passionnés se multiplient et les marques surfant sur le phénomène ressortent leurs vieux modèles. Pour ne pas paraître ringard et briller en société, il y a 3 modèles qui ont été abondamment décliner à connaître et à citer : les Air Jordan, les Air Max et les Reebok Pump.

Julien Auduc

Vous aimerez aussi

Courir : combien ça coûte?

La course à pieds est un sport accessible à tous qui est réputé pour être l'un des moins coûteux.

Il lance des lunettes de vue à 10 €

En moyenne, 29% du prix global des lunettes reste à la charge du client après remboursement.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil