Un site d'information
proposé par
Habitat

L’achat groupé d’énergie : pourquoi ça marche

énergie

Faire baisser la note d’énergie par la mise en concurrence des fournisseurs est une stratégie de plus en plus employée par les comparateurs privés et les associations de consommateurs. Une pratique qui démontre son efficacité pour obtenir des conditions préférentielles sur les contrats de gaz et d’électricité.

L’union fait la force

Selon le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), un ménage français dépense, en moyenne, 1 850 euros par an en énergie domestique. Mais, plus on est nombreux, moins on paie cher ! Ce procédé, appelée « achat groupé », est calqué sur le principe du courtage, à savoir, grouper des clients pour peser plus lourd dans la balance des négociations tarifaires. Le processus est parfaitement formaté : deux organisateurs réunissent des préinscriptions de consommateurs via un site Internet avant de lancer un appel d’offre aux opérateurs énergétiques.

Un phénomène qui prend de l’ampleur

La plus importante opération de ce type a été lancée en France en 2015 par la start-up Selectra et l’association Familles de France. La campagne avait réunit 40 000 consommateurs, prêts à changer de fournisseur pour le plus offrant. Trois compagnies avaient été retenues : Engie pour l’électricité, Lampiris et Direct Énergie pour le gaz, avec des réductions oscillant entre 10 et 14% par rapport aux tarifs règlementés malgré la commission perçue par Selectra sur chaque contrat.

Plus récemment, la startup a renouvelé l’opération avec le site Seloger afin de contrer l’augmentation de 2,6% du prix du gaz naturel à partir du 1er mars 2017. « Une famille moyenne pourra réaliser environ 200 euros d’économies sur sa facture annuelle d’électricité et d’environ 90 euros pour le gaz », explique le fondateur de Selectra Xavier Pinon sur son site.

>>> Lire aussi : Cinq astuces pour économiser sur votre facture d’électricité

Favorable aux foyers modestes

Clôturé en avril 2017, la dernière campagne d’achat groupé de l’association de consommateurs UFC-Que choisir a permis à 110 familles de Touraine de bénéficier d’une baisse de 6,3% sur la facture de chauffage au fioul, soit l’équivalent à 73 euros d’économie. « Ces économies sont d’autant plus précieuses qu’un ménage sur trois chauffé au fioul est en situation de vulnérabilité énergétique », explique le président de l’association Alain Bazot sur le site UFC-que choisir.

Selon l’Insee, 22% des ménages en France rencontrent des difficultés à satisfaire leurs besoins élémentaires en énergie. L’association lancera une nouvelle opération équivalente en juin prochain.

Dérouiller le système concurrentiel

Malgré tout, selon les enquêtes, 48% des Français ignorent pouvoir changer de fournisseur.  Sept ans après l’ouverture à la concurrence du marché des énergies, seul 10% des ménages ont franchi le pas. Les acteurs historiques, EDF et Engie (ex GDF Suez), se taillent toujours la part du lion.

« Les consommateurs ont surtout besoin d’être rassurés, notamment sur le fait qu’ils ne risquent absolument pas de subir de coupure en changeant de fournisseur. Ou qu’en cas de panne de réseau, ils seront dépannés aussi rapidement que leur voisin qui lui, serait resté chez EDF », expliquait Xavier Pinon lors du lancement de sa dernière opération en avril 2017.

Le constat d’échec est aussi du côté des factures puisque la fin du monopole d’État n’a pas permis d’engendrer une baisse de tarifs : la facture d’électricité a bondi de 49% en moyenne depuis 2007 et devrait encore augmenter de 2% en août. L’achat groupé apparaît, dans ces conditions, comme une alternative efficace pour inciter sur les acteurs de l’énergie à, enfin, jouer le jeu de la concurrence.

>>> Aller plus loin : Les Français se chauffent mieux, mais plus cher

Barbara Brayner - © vchalup - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Ces applications pour faire baisser son budget essence

Pour ne pas perdre du temps à chercher les prix les plus bas des stations-service, des applications mobiles peuvent vous aider.

Ces objets high-tech à découvrir

A l'occasion du mondial du high-tech, le CES de Las Vegas, TLB a sélectionné cinq produits à même de changer votre quotidien.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil