Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Ces applications mobile contre le gaspillage alimentaire

gaspillage applications

Le gaspillage alimentaire représente 20 kilos de déchets par an et par personne en France. Des applications mobile sont là pour contrer le problème.

Un sondage Ipsos pour Leclerc sur les habitudes des Français a récemment révélé que plus de 30% d’entre eux étaient des consommateurs soucieux d’être «responsables», attentifs à l’origine et à l’éthique des produits.

Lutter contre le gaspillage alimentaire apporte à ce type de personnes une satisfaction, le sentiment de faire une bonne action. En février 2016, ce changement de mentalité avait même abouti à une loi, dite Garot, censée faciliter les dons d’invendus des supermarchés aux associations caritatives. Une première mondiale qui avait placé l’Hexagone sur le podium du classement effectué par le Food Sustainability Index, suite à l’évaluation du système alimentaire de vingt-cinq pays en 2016.

>>> Vidéographie : Les chiffres du gaspillage alimentaire

Un an après, l’analyse de l’impact de cette législation montre toutefois que les associations sont confrontées à des problèmes de logistique qui empêchent un réel bénéfice : malgré toute leur bonne volonté, elles ont en effet du mal à redistribuer l’ensemble des dons avant qu’ils ne périssent puis se retrouvent parfois avec d’immenses stocks de produits qui ne correspondent pas aux attentes urgentes des bénéficiaires (chocolat, foie gras après Noël…).

Si peu à peu la société tend vers plus de responsabilité dans sa consommation, l’intérêt d’éviter les pertes est avant tout financier. Et chacun peut, à son niveau, mettre la main à la pâte. Le gaspillage alimentaire revient chaque année, selon l’Ademe, à quelque 200 euros par Français. TLB a sélectionné cinq applications qui permettent de s’y atteler en douceur, et faire des économies.

Zéro-Gâchis, la pionnière qui cartonne

« Grâce à vous, en cinq ans d’existence, nous avons sauvé 15000 tonnes d’aliments », se félicitent les fondateurs sur Twitter. C’est l’une des plus anciennes initiatives du genre et elle continue à se développer partout en France.

Créée en 2012 (voir notre reportage vidéo), l’application propose aux particuliers des promotions dans les supermarchés sur des produits dont la date de péremption est proche. Elle indique le prix avant et après promo, en indiquant le pourcentage de rabais. Soit de 30 à 70% de remise possible et le sentiment de faire une bonne action.

Gros plus, Zéro-Gâchis indique le nombre de produits restants. Petit bémol, certains supermarchés apparaissent alors qu’ils ne sont pas partenaires. Une manière peut-être aussi de les inciter à s’y mettre.

> Consulter le site

OptiMiam, pour favoriser les petits commerçants

La start-up, qui a fêté ses trois ans en octobre, propose à peu près la même chose que son aînée Zéro-Gâchis. Le prix d’origine et le prix final sont affichés, ainsi que la promotion que le consommateur peut en tirer (jusqu’à 60%) dans les 400 points de vente revendiqués. On peut même commander en ligne puis aller retirer ses achats en magasin.

Petit plus, elle ne se concentre pas uniquement sur les supermarchés mais permet d’acheter aussi chez de petits commerçants. Encore une bonne action ! La contrepartie est que, pour l’instant, le rayon d’action est en grande partie réduit à Paris et sa région.

>>> (Vidéo) Optimiam : une application pour économiser et moins gâcher !

> Consulter le site

Check Food, pour gérer ses propres stocks

On est plus là dans la gestion de sa propre consommation. L’application permet d’être alerté, via son smartphone, sur les aliments qui arrivent bientôt à péremption dans son réfrigérateur. L’alerte affiche le nom du produit et la date jusqu’à laquelle vous pouvez le consommer. Pour cela, il faut juste prendre le temps de scanner vos courses en les rangeant.

L’appli détecte facilement le code barre puis il faut rentrer manuellement la date de péremption. Cela peut prendre un peu de temps mais peut être rentable si l’on a du mal à optimiser ses stocks. Et naturellement, on s’évite aussi un peu la question du « qu’est ce qu’on mange ce soir » ! Enfin, si on ne peut vraiment pas les consommer rapidement, l’appli propose un système de donation entre utilisateurs.

> Consulter le site

Partage ton frigo, pour militer et convaincre

C’est d’abord une association qui a pour but de sensibiliser sur le gaspillage. Et l’utilisation de l’application demande un peu plus d’engagement pour la cause. En effet, là, c’est l’utilisateur qui doit savoir ce qu’il possède dans son frigo. Puis il peut donner son surplus et ce qu’il pense ne pas pouvoir consommer avant la date limite. Il peut participer des « apéros-frigos » près de chez lui, avec d’autres utilisateurs de l’appli. Il ramène alors ses produits en trop mais peut aussi en récupérer. Il s’agit d’échange et pas d’achat.

Enfin, il peut solliciter la mise en place d’un frigo collectif, pourquoi pas en bas de son immeuble s’il a convaincu quelques voisins, pour que chacun y dépose son surplus quand il part en vacances, par exemple. Ou près de la machine à café du bureau pour ne pas jeter ses produits en trop.

> Consulter le site

Too Good To Go, pour des plats comme au restau

C’est la petite dernière du genre. Son créneau, le «gagnant-gagnant» pour les consommateurs et les commerçants. Car elle n’est pas tournée vers les supermarchés mais plutôt vers les restaurants, les boulangeries, les fast-foods du quartier ou même les hôtels qui ne savent plus quoi faire des restes de leurs buffets pantagruéliques pour le petit déjeuner de leur client.

Pour les utilisateurs de l’appli, ces derniers peuvent donc se transformer en brunch sympa, à moindre coût. Car le principe est de proposer les plats «invendus» beaucoup moins chers qu’affichés sur le menu. Dans les faits, l’utilisateur de l’appli bénéficie bien souvent du même plat que le client, à une heure où on ne peut pas encore vraiment parler d’« invendu ». Il a toutefois moins le choix que le client lambda mais paie vraiment moins cher que lui.

Bon plan assuré donc, même si, plus qu’une lutte contre le gâchis, c’est surtout l’occasion pour le commerçant d’étoffer sa clientèle.

> Consulter le site

Nataline Vittori - © Daisy Daisy - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Célibataires, plus chère la vie ?

On estime à plus de quinze millions le nombre de célibataires en France.

Football : sur le prix du maillot, l’OM bat le PSG

La saison de football bat son plein. A quelques jours du match OM-PSG, Touslesbudgets s'est penché sur le prix des maillots de L1 et L2.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil