Un site d'information
proposé par
Loisirs

Le jardinage, une passion française

En France, le jardinage reste un loisir particulièrement apprécié. Une étude réalisée par Opinion Way indique que 3/4 des Français pratiquent régulièrement le jardinage et 81% d’entre eux y voient une source importante de plaisir. Mais alors quelles plantes et fleurs ont le plus de succès ? Quels arbres et arbustes retrouve-t-on le plus dans nos jardins ?

Ce mois de mars a un petit air de printemps. Pour les amateurs de jardinage, c’est un moment important avec le retour des premières fleuraisons et les premiers travaux à réaliser pour s’assurer un été réussi. D’après l’Établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, également appelé FranceAgriMer, les achats de végétaux extérieurs ont représenté en 2012, un montant global de 908,2 millions d’euros. 68,7% de ces dépenses ont été réalisées le premier semestre, principalement de mars à mai. Ce dernier étant le mois le plus important du secteur.

Les plantes à massifs, jacinthe, pensées, oeillets sont les plus vendues

Les végétaux les plus vendus sont les plantes à massifs, dans lesquelles on retrouve les jacinthes, les pensées, les oeillets, les cyclamens… Pour Christain Chaize, responsable marketing opérationnel du groupe Nalod’s qui dispose des enseignes Delbart et Jardinerie du terroir : « Ce type de plantes, plutôt faciles à faire pousser et à entretenir restent des valeurs sûres. Après, il y a des modes qui touchent surtout les couleurs. Cette année par exemple, on est sur le bleu-vert bouteille ». Marc Gueguen, responsable de la recherche et du développement jardin chez Truffaut se fait plus précis : « Il y a aussi une volonté de ne pas uniformiser son jardin. Depuis quelques années, on nous demande plusieurs scènes, plusieurs voyages avec un coin potager, un coin zen, un coin aux couleurs vives, un coin jardin anglais… »

Des roses plus résistantes et plus odorantes

« Depuis 5 ans, on note également un grand boom des plantes, fleurs et arbustes méditerranéens. On y retrouve ainsi l’olivier, le citronnier et le palmier par exemple. Il y a là je pense, une envie de voyages et d’exotisme qu’il est quand même nécessaire d’adapter aux conditions climatiques », ajoute Marc Gueguen. Mais les fleurs les plus vendues restent, malgré une légère baisse ces dernières années, les roses. Et même avec ce produit star les demandes évoluent : « Les roses représentent entre 16 et 20% de l’ensemble de nos ventes. Ce qui change, c’est que nos clients réclament des produits qui doivent être très odorants et très résistants face aux maladies et aux conditions climatiques. Cela s’explique par une relative ignorance des techniques de jardinage. Je pense que la transmission de ces connaissances autrefois réalisées par les grands-parents ne se fait plus ou beaucoup moins aujourd’hui », détaille Christian Chaize.

Jardiner sur de petites surfaces et cultiver ses légumes

L’autre grande tendance mise en avant par les professionnels du secteur, c’est le développement du jardinage sur de petites surfaces, notamment en zones urbaines où les seuls espaces extérieurs sont des balcons, des terrasses ou des jardinets. « Cela se remarque par une diminution d’achats d’arbres, pommiers, sapins, bouleaux, etc. qui va de paire avec une hausse de ventes des arbustes, principalement les lauriers, les framboisiers… », explique ce dernier. L’autre grande tendance, explique le responsable de Truffaut, « c’est l’attrait pour les saveurs aromatiques et les légumes, principalement le basilic et les tomates. Derrière cela, il y a à la fois la volonté de savoir d’où viennent les produits et aussi l’idée que le jardin est devenu une vraie pièce de la maison, et souvent une deuxième cuisine où l’été on va utiliser barbecue et plancha ».

Un secteur plus impacté par les variations climatiques que par la crise

Secteur en pleine évolution, le marché du jardinage et particulièrement celui des végétaux extérieurs resiste plutôt au contexte économique morose. « Nous sommes plus impactés par les soucis météorologiques, innondations, vagues de froid ou de chaleur qui se multiplient depuis quelques années que par la crise », glisse ainsi Christian Chaize. C’est d’ailleurs ces variations climatiques, qui pour lui explique le succès-surprise de ces dernières années : les conifères de rocaille, à savoir genévriers, microbiotas, cèdres, pins et sapins nains… « des végétaux petits, résistants, moins sensibles aux variations de temps, qui ne demandent pas beaucoup d’efforts et qui donnent un côté sauvage, voilà qui représentent bien les demandes actuelles ».

Julien Auduc

>>> A lire aussi : En ville, quand le balcon devient jardin

© M. Auger – Wikimedia Commons
© Dinkum – Wikimedia Commons
© Jean-noël Lafargue – Wikimedia Commons

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil