Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Le pain et les Français, une histoire qui dure

pain

Quelles que soient sa forme ou sa composition, le pain est l’invité privilégié des repas des Français. Nous serions ainsi 92% à en avoir toujours à la maison, selon une étude de l’institut QualiQuanti.

Tous accros au pain ? C’est ce qui ressort d’une étude publiée par l’institut QualiQuanti* : pas moins de neuf Français sur dix en ont « toujours » chez eux et le considèrent comme « un élément incontournable de [leur] alimentation ». Une passion qui dure depuis des siècles même si, aujourd’hui, on mange moins de pain qu’avant. Selon l’Insee, sa part dans notre panier alimentaire est passée de 14.6% en 1960 à 12.9% en 2014. « On n’est plus dans l’après-guerre, où le pain était un aliment de première nécessité. Aujourd’hui, il est davantage un plaisir », rappelle le directeur de la formation de la Confédération nationale de la boulangerie-pâtisserie française, Hervé Benoist-Gironière.

Les Français consomment ainsi, de nos jours, 138 grammes de pain par jour et par personne, principalement au dîner, « contre quasiment 900 grammes » dans les années 1950/1960. Le prix moyen de la baguette, évalué à 92 centimes d’euro par l’étude QualiQuanti, ne rentrerait pas en ligne de compte, n’étant « décisif que dans ses valeurs extrêmes », selon l’institut. Il reste toutefois perçu, reconnaît la Confédération de la boulangerie, « comme un prix psychologique », un indicateur des variations du coût de la vie. Ramené au kilo pour la baguette, le prix du pain est passé de 3 euros en 2005 à 3,48 euros en 2014, à en croire les données de l’Insee.

>> Vidéo : Le pain à tout prix

Indispensable pour un Français sur deux

Côté tendances, les a priori s’estompent vis-à-vis du pain industriel : en témoignent le succès des « chaînes » spécialisées dans les sandwichs avec de la baguette (Paul, la Mie Câline…) ou la part de marché de la grande distribution sur les ventes globales, estimée à 35%. Sur ce point, l’étude QualiQuanti précise d’ailleurs que « la boulangerie intégrée en grande et moyenne surfaces est plébiscitée (…). Les consommateurs y trouvent un triptyque praticité/prix/goût qui challenge la boulangerie traditionnelle ».

Quoiqu’il en soit, le pain a su traverser les époques pour, aujourd’hui, se décliner sous des formes multiples. L’appétit grandissant pour le pain de mie (que 46% des Français privilégient pour leurs enfants, loin devant la baguette) en est l’un des marqueurs les plus forts.

>> Vidéo : Les Français raffolent des “pains spéciaux”

Et le pain n’est pas prêt de quitter nos tables : selon l’étude QualiQuanti, 51% des Français déclarent qu’ils ne pourraient pas s’en passer, « par habitude » d’en manger. La même proportion estime qu’il est « indispensable » à un bon équilibre alimentaire.

*Institut QualiQuanti, Les Français et le pain, un amour intact, mais de nouvelles attentes, février 2016

Benjamin Hay - © Punto Studio Foto - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Neuf astuces pour maîtriser son budget courses

Avec une dépense moyenne de 349 euros par mois, l’alimentation est l’un des postes budgétaires les plus lourds pour les familles.

Alimentation : ces tendances très appétissantes

Manger bio, acheter périmé ou se tourner vers les fruits et légumes moches, retour sur ces nouvelles tendances alimentation qui cartonnent.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil