Un site d'information
proposé par
Auto

Le SUV, un segment qui tient la route

photo SUV.jpg

Il est l’un des seuls à surnager. Le SUV (pour Sport Utility Vehicle) est le segment qui résiste le mieux à la chute sans fin des immatriculations de voitures neuves en France. A la croisée des chemins entre 4×4 et berline, il séduit de plus en plus les familles qui délaissent le monospace.

Si les chiffres d’immatriculations de voitures neuves en France ne sont pas bons (- 10,3% en mai, à 148 554 unités), il reste encore des vendeurs qui ont le sourire. Dans nombre de concessions, les ventes de SUV sont en augmentation constante. « C’est un véhicule qui a toutes les qualités d’une berline, détaille ainsi Sébastien Briard, chef de gamme chez Volkswagen France. Il allie le comportement routier d’une berline et l’habitat du monospace avec un look différent. Il offre un attrait et correspond à un style de vie. » Assez pour écouler 22 900 exemplaires du Tiguan en 2012, un « très bon chiffre » pour la marque allemande.

Les prix (environ 29 500 euros pour le modèle précité) ne rebutent pas une clientèle de touts âges, plutôt aisée. « Beaucoup d’acheteurs sont des familles, qui passent du monospace au SUV, même s’il coûte environ 3 000 euros de plus, précise Sylvain Chagnon, vendeur à la concession Kia de Limoges (Haute-Vienne). Même si le SUV est moins modulable, avec moins de rangement, les gens s’en accommodent. »

Ne l’appelez plus « 4×4 »

Malgré la crise de 2008, le succès ne se dément pas. « Les SUV, que l’on appelait autrefois 4×4, sont aujourd’hui de simples deux roues motrices avec une garde au sol qui s’approche de plus en plus de celle d’une berline, explique Adrien, blogueur pour le site abcmoteur.fr. Le SUV demeure plus imposant qu’une voiture classique mais pour le reste, il en est assez proche. Et il n’est plus aussi gourmand en carburant qu’avant. » Et moins polluant, selon les constructeurs. Ce qui a contribué à décomplexer l’achat de ce type de véhicules. « Nous avons consenti un réel effort sur les motorisations, explique t-on du coté de chez Volkswagen. L’émission de Co² d’un SUV est devenue quasiment celle d’une berline. »

Les constructeurs mettent également en avant le confort, avec « une position haute du conducteur très appréciée », selon l’un d’eux. L’avenir de la gamme s’annoncerait donc plutôt rose. « Il s’agit d’un segment relativement récent, il y a donc encore un potentiel de croissance important, estime Adrien, du site abcmoteur.fr. Il y a une dynamique, car beaucoup de constructeurs sortent leur premier modèle SUV, avec un design souvent novateur. Aujourd’hui, on sait que les lignes d’une voiture comptent parmi les premiers critères d’achat. Cela contribue à rendre ce segment attractif. »

Sur les cinq premiers mois de l’année, la part de marché des SUV a elle progressé de 1%. La gamme représente aujourd’hui 16% des ventes de voitures neuves (contre 15% sur la même période l’an dernier).

Benjamin Hay

Voir aussi : Interview de Guillaume Cousy, directeur marketing Peugeot. 

Vous aimerez aussi

Dacia Duster : une roue de secours pour Renault

C'est une star discrète : tout le monde n'identifie pas le Dacia Duster. Et pourtant, il s'agit du modèle le plus vendu par le groupe Renault en 2013 ...

SUV, crossovers : pourquoi ça cartonne

En FranEn France, les ventes de SUV et crossovers atteignent 22% du marché des véhicules neufs, pour le premier semestre 2014 contre 17% l'an dernier.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil