Un site d'information
proposé par
Santé

Le tabac fait tousser (aussi) votre budget

tabac

Le mois de novembre a été désigné comme « mois sans tabac ». Arrêter la cigarette faisait d’ailleurs peut-être partie de vos projets, vous qui comptez parmi les 15 à 16 millions de fumeurs français. Votre corps vous dira merci. Votre porte-monnaie aussi.

Après avoir fortement chuté au début des années 2000 et stagné jusqu’en 2010, la consommation de tabac en France connaît depuis une lente diminution. Seule 2015 fait figure d’exception avec une légère hausse des ventes de 1.6%, selon les chiffres de l’Observatoire Français des drogues et toxicomanies.

Si l’impact sur la santé reste l’argument premier à l’heure de penser à arrêter de fumer, les conséquences du tabagisme sur les finances personnelles ne sont pas neutres. Selon l’outil de calcul du site Tabac info services, une personne fumant un paquet de vingt cigarettes par jour dépense 210 euros par mois, soit 2 520 euros par an*. Un fumeur moins régulier, à quatre cigarettes par jour, consacre quant à lui 42 euros mensuels pour sa consommation de tabac (504 euros par an).

De quoi en faire réfléchir certains parmi la quinzaine de millions de fumeurs en France (voir l’infographie ci-dessous). En 2010, selon les derniers chiffres disponibles résultants du Baromètre santé de l’INPES, pour 26.6% d’entre eux, le prix du tabac arrivait d’ailleurs en troisième position des « raisons principales » de l’arrêt de la cigarette, après la santé (55.3%) et la pression de l’entourage (40%).

Patchs, cigarette électronique… ou hypnose

Pour les plus déterminés, les dispositifs d’aide ne manquent pas. Un moindre mal, sachant que seuls 5% des fumeurs parviendraient à arrêter sans se faire aider. Le prix des substituts varie sensiblement selon les pharmacies : comptez entre 30 et 40 euros pour une boite de 28 patchs, de 5 à 15 euros pour des pastilles et autres gommes. Difficile de calculer le coût engendré, tant il dépend de la durée dont on s’en sert. Niquitin, l’un des spécialistes du secteur, évalue le coût de ses substituts nicotiniques à 209 euros sur trois mois**. A titre d’indication, selon Tabac Info Services, la dépendance physique disparaît « en moyenne en quelques semaines ». La dépendance psychologique étant « plus lente à s’estomper », parfois sur plusieurs mois.

Hors pharmacie, la cigarette électronique, dont l’efficacité est parfois remise en cause, coûte une cinquantaine d’euros à l’achat, auxquels il convient d’ajouter les recharges (autour de six euros l’unité). Les professionnels du secteur promettent une dépense réduite de moitié par rapport à la cigarette traditionnelle. Reste enfin l’hypnose, à la mode ces derniers mois : comptez une fourchette large allant de 50 à 300 euros pour une séance. Certains assurant qu’une seule séance peut être suffisante à l’arrêt complet du tabac.

Une (petite) partie remboursée

Quoiqu’il en soit, l’Assurance maladie rembourse sur prescription médicale « les traitements par substituts nicotiniques »*** à hauteur de 150 euros par an et par personne. Quelle que soit la méthode choisie, il n’y a pas que vos p(r)oches qui vous diront merci : selon la Cour des comptes, les nombreuses conséquences associées au tabagisme (dépenses de santé, baisse de productivité…) coûteraient environ 47 milliards d’euros par an à la collectivité. Et provoqueraient près de 70 000 décès en France chaque année.

*calcul effectué sur la base d’une consommation de vingt cigarettes par jour, pour l’achat d’un paquet de vingt cigarettes à sept euros (prix moyen en 2015 du paquet de la marque la plus vendue en France -donnée INPES-).

**Sur la base d’un traitement de douze comprimés par jour pendant douze semaines

*** liste à retrouver sur ce lien

 

Benjamin Hay - © alexandro900 - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Le cancer, un coup dur aussi pour les finances

Une maladie aux conséquences physiques et psychologiques souvent lourdes, qui impacte aussi le parcours professionnel et le niveau de vie.

Julie Ferrez : « La rentrée, synonyme de bonnes résolutions »

Julie Ferrez, coach minceur et bien-être, décrypte l'habitude qu'ont les Français à s'inscrire à une salle de remise en forme.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil