Un site d'information
proposé par
Auto

Des amendes de stationnement plus chères en 2018

stationnement

A compter du 1er janvier prochain, les villes pourront fixer librement le tarif des amendes de stationnement. Conducteurs étourdis, attention aux -très- mauvaises surprises.

Six euros. C’est le montant de l’augmentation du tarif des PV de stationnement à l’été 2012. De 11 euros, ils passaient alors à 17 euros. La hausse était passée difficilement dans l’opinion publique à l’époque. Automobilistes, accrochez-vous : la pente va être encore plus raide à compter du 1er janvier 2018.

A partir du premier jour de l’année prochaine, en effet, en vertu de la loi sur les métropoles de 2014, chaque ville pourra choisir d’appliquer ses propres tarifs sur ses horodateurs… et pour ses amendes de stationnement.

Un nouveau dispositif, le « forfait post-stationnement » (FPS) viendra remplacer la « prune » traditionnelle à 17 euros. Il vise les automobilistes qui préfèrent se garer sans s’acquitter du parcmètre. Le FPS se veut davantage dissuasif en ce que ses montants sont -parfois- très élevés.

Le fait de ne pas payer le stationnement payant n’est ainsi plus constitutif d’un délit routier. Les forces de l’ordre considérant que vous optez -après tout, c’est votre droit-, pour le « FPS ».

Problème : dans certaines villes, comme le rapportait dernièrement le journal Auto Plus, la hausse atteindra 250% !

>>> Quelle prime à la conversion en 2018 ?

Jusqu’à 60 euros de « forfait »

Dans le détail, la hausse la plus spectaculaire devrait se retrouver à Lyon. Entre Rhône et Saône, le « FPS » atteindra la somme record de 60 euros. Objectif, fluidifier le trafic en centre-ville. L’adjoint au maire chargé de la question expliquant au micro de RTL qu’à Lyon, seuls 25% des conducteurs stationnés paient le parcmètre

A Mulhouse, il faudra débourser 40 euros en cas d’absence de ticket sur le tableau de bord. Ce sera 35 euros à Bordeaux. A l’inverse, pas de changement prévu à Lille et Marseille. Du côté de Nice, le « FPS » devrait coûter 16 euros aux contrevenants.

Dans la capitale, où environ 80 000 voitures stationnent chaque jour sans payer, selon la Mairie, il montera jusqu’à 50 euros pour les arrondissements centraux (35 euros pour les autres).

Pour l’heure, selon le Groupement des autorités responsables de transport (Gart), près de 100 villes sur les quelque 800 qui disposent, en France, de places payantes en surface, ont déjà fixé leurs nouveaux tarifs.

A noter que l’association 40 millions d’automobilistes a publié récemment la liste des maires qui « s’engagent » à ne pas augmenter la redevance de stationnement dans leur commune.

Dans certaines villes, des minorations seront possibles si le « forfait » est acquitté dans un délai plus ou moins court (de 2h30 à quatre jours, suivant les communes). Comme pour l’amende actuelle, l’automobiliste disposera toujours de 90 euros pour la régler. Passé ce temps, gare à la majoration…

Touslesbudgets.com - © TR - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Contrôle technique auto, du changement pour 2018

Au menu, plus de points de contrôle et certaines réparations obligatoires sous 24h, sous peine de ne pas pouvoir circuler.

Des applications contre la peur de l’avion

L'avion est le moyen le plus rapide et le moins cher pour partir à l'étranger. Il serait dommage de vous en priver.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil