Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Les Français fidèles aux grandes marques

En France, la part de marché des marques de distributeur et des magasins hard-discount n’a cessé de baisser ces dernières années. Touslesbudgets.com est allé demander à Gilles Pacault, vice-président de l’association Prodimarques*, d’analyser l’arbitrage des Français entre grandes marques et marques de distributeurs.

Touslesbudgets.com : Quel est l’état du rapport de force, dans nos rayons, entre marques nationales et marques de distributeurs (MDD) ?

Gilles Pacault : Les ventes de produits de marques de distributeurs continuent de s’éroder lentement, avec un point d’inflexion autour de 2010/2011. Aujourd’hui, la part de marché de l’ensemble des MDD représente 28.8% du chiffre d’affaires en 2014, contre 29.5% en 2013. C’est variable selon les familles mais la tendance générale est très homogène. Les ventes de MDD premiers prix (la catégorie la moins chère, ndlr) sont en très forte diminution, à mettre en parallèle avec la chute régulière du hard-discount. Le cœur de gamme est plutôt en évolution négative et seules les MDD thématiques ou premium, sous l’influence notamment du bio, affichent une progression.

TLB : Comment explique-t-on que le consommateur se détourne des MDD ?

G.P. : Par la guerre des prix. Les grandes marques, auxquelles le consommateur est très attaché, ont connu une forte déflation, plus importante encore que la déflation générale. A l’inverse, les MDD ont essayé de se donner un peu d’air au niveau de leurs marges. L’écart de prix entre grandes marques et marques de distributeurs a ainsi diminué, ce qui ne peut que favoriser les grandes marques.

TLB : Comment les marques nationales ont-elles résisté aux MDD, malgré les tensions sur le pouvoir d’achat des ménages ?

G.P. : Elles ont fait l’objet d’un soutien des industriels qui les produisent, avec une publicité et une promotion importantes. Leur positionnement fait que la comparaison avec les marques d’enseignes (type Carrefour, ndlr), montre qu’elles sont plutôt compétitives en matière de prix. L’innovation et les nouveautés aussi viennent toujours par les grandes marques. Du moins, on ne retrouvera pas de nouveauté chez les distributeurs avant un certain temps.

TLB : Sur quels produits les Français restent-ils les plus fidèles aux marques nationales ?

G.P. : Sur les familles des soins/beauté, de la cosmétique -visage, rouge à lèvres…- et tout ce qui touche aux produits capillaires -shampoings et colorations-. Mais aussi les alcools –surtout la bière- et liqueurs, ou même les produits alimentaires pour bébé.

TLB : Pourquoi sur ces produits en particulier ?

G.P. : Il s’agit des familles de produits où l’attachement et la confiance en la marque sont les plus élevés. Si la coloration ne se passe pas bien, vous allez subir les aléas pendant quelques jours ou semaines et c’est encore plus important avec les produits pour bébés.

TLB : L’attachement aux marques joue donc un rôle ?

G.P. : Il est extrêmement fort sur les marques nationales, avec une fidélisation importante du client. Le consommateur est très sensible à l’expérience produit qu’il a eue.

TLB : Le prix n’est donc plus la variable d’achat la plus importante ?

G.P. : Il n’y a pas que le prix mais une combinaison entre la volonté de faire attention et, de temps en temps, de se faire plaisir. Même en situation de pouvoir d’achat difficile, le consommateur ne souhaite pas acheter qu’au prix le moins cher, notamment sur les produits alimentaires. Il accorde de plus en plus d’importance à la qualité.

TLB : A l’ avenir, comment devrait évoluer le rapport de force entre marques nationales et MDD ?

G.P. : Si les grandes marques font bien leur travail au niveau de la qualité ou de l’innovation et font de la promotion permanente, les marques de distributeurs n’ont pas de raison de redémarrer. On ne peut pas affirmer qu’elles continueront à baisser, mais je ne vois pas pourquoi elles connaîtraient une courbe « en U ».

*Prodimarques, selon son site internet, « rassemble plus de soixante-dix groupes de fabricants de marques de produits de grande consommation, alimentaires et non alimentaires, parmi les plus importants en France et dans le monde ».

© xy – Fotolia.com

Propos recueillis par Benjamin Hay

Vous aimerez aussi

10 choses à savoir sur Coca-Cola

Où que vous soyez dans le monde, vous en trouverez. Le Coca-Cola est aujourd’hui le symbole de la consommation de masse et de la mondialisation.

Clio, reine des podiums

La citadine de Renault est la voiture la plus vendue en France ces cinq dernières années.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil