Un site d'information
proposé par
Auto

Les véhicules hybrides sont-ils plus économiques ?

hybride

Depuis l’apparition de la Toyota Prius, en 1997, le marché des véhicules hybrides n’a cessé d’augmenter pour atteindre 3 % des ventes de véhicules neufs en France, en 2016.

En 2012, il se vendait 27 730 véhicules hybrides en France. L’an dernier, selon les derniers chiffres du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), 58 384 unités se sont écoulées, soit plus du double. Et le marché de l’occasion n’est pas en reste avec une hausse de 35% des transactions en un an, selon une étude réalisée par le cabinet AAA pour AutoScout24.

Pour Sébastien Grellier, directeur de la communication presse et des relations extérieures chez Toyota France, cet engouement s’explique d’abord par « le confort offert par la technologie. Les conducteurs apprécient la conduite souple, zen et sans problème d’autonomie que fournissent nos modèles ». Les Full Hybrid de Toyota rechargent en effet leurs batteries en stockant l’énergie cinétique produite au freinage, sans besoin de les brancher.

Autre avantage d’avoir deux moteurs (un électrique et un thermique), la fiabilité. « En 20 ans, les modèles hybrides ont démontré leur robustesse et leur résistance aux pannes. Cela tient au fait que cette technologie se passe de certaines pièces d’usure, comme la courroie d’alternateur », poursuit Sébastien Grellier.

Une technologie accessible mais encore coûteuse

Christine habite dans la région de Marseille et a opté pour une hybride en 2014. Séduite par le caractère écologique de cette technologie, elle apprécie d’abord le confort de conduite : « C’est très souple et aussi très silencieux. À faible allure ou sur les grands axes urbains, on n’entend aucun bruit, ce qui est particulièrement agréable. »

Si elle ne regrette pas son investissement, Christine s’interroge sur les économies réelles. « J’ai l’impression qu’il s’agit encore d’un produit de luxe. Pour moi, le surcoût à l’achat n’a pas été compensé par le bonus écologique ou les économies, négligeables, de carburant », souligne-t-elle, pointant également d’autres dépenses comme le contrôle technique ou la révision, eux aussi « plus chers » que pour un véhicule essence.

Sur ce point, Sébastien Grellier nuance : « La technologie évolue chaque année, et on propose aujourd’hui des modèles accessibles qui n’ont qu’un surcoût très faible, de l’ordre de quelques centaines d’euros par rapport à un diesel dans la même gamme. »

Quant aux économies de carburant, elles varient en fonction de l’utilisation. Si la circulation urbaine et périurbaine reste le meilleur moyen de rentabiliser son hybride, certains essais réalisés par les clients Toyota montrent que, sur 200 000 km, 50 % du temps de trajet peut être effectué uniquement avec le moteur électrique.

Romain Carlioz - © Tomasz Zajda - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

La boîte automatique, plus économique ?

Depuis dix ans, les ventes de véhicules équipés d'une boîte automatique ne cessent de progresser en France.

« Dans les foires aux vins, le meilleur côtoie le pire »

Depuis 1973, les foires aux vins sont de ces traditions du mois de septembre où le porte-monnaie desserre son étreinte. Alain Chameyrat, directeur du ...

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil