Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Les ventes de télévisions à la peine

les ventes de télévisions en chute libre

Avec une baisse importante des ventes (-50% environ !) sur les six premiers mois de l’année, le marché français des télévisions vit un après Euro 2016 bien compliqué. Les Français sont moins nombreux à acheter une TV, mais ils n’hésitent pas à y mettre le prix.

Si l’on excepte le match nul (0-0) contre le Luxembourg, à Toulouse, les Bleus ont relativement bien digéré l’énorme déception de la défaite en finale de l’Euro 2016. Les ventes de télévisions, elles, connaissent un après Euro bien plus terne.

Selon les chiffres publiés courant septembre par l’institut spécialisé Gfk, il ne s’est vendu en France « que » deux millions de téléviseurs sur les six premiers mois de l’année 2017. Sur la même période, un an plus tôt, 3,9 millions avaient trouvé preneur. Faites le calcul : une chute impressionnante de près de 50% des achats.

Si la baisse paraissait prévisible, à en croire les observateurs du marché (logique, après un évènement tel que l’Euro qui ne peut, en principe, qu’accroître les ventes), c’est son ampleur qui surprend.

Interrogé sur la question par RTL, le directeur des marchés de l’image et des télécoms de Gfk, Michael Mathieu, répondait : « On accuse un gros contrecoup, mais seulement un peu plus dur que prévu. Il devrait s’écouler 4,9 millions de téléviseurs cette année, environ 150 000 de moins que ce que nous pensions initialement. Le marché se stabilise. On retourne à 5 millions de pièces par an, de manière assez logique ».

>>> Les Français accros à la télé ?

425 euros de dépense moyenne

Résultat : des marques qui sont de plus en plus nombreuses à proposer des promotions. Sur un marché où, par une offre et des avancées technologiques croissantes au fil des années, les prix semblaient avoir trouvé le chemin du raisonnable.

L’UFC-Que Choisir avait d’ailleurs réalisé une étude à ce propos au printemps 2015 : il en ressortait que le prix moyen d’un téléviseur (comparaison des principaux marchands sur Internet), tous modèles confondus, était de 689 euros. Un montant qui avait baissé, à l’époque, de 88 euros entre août 2014 et fin mars 2015.

Bref, le marché était l’un des symboles « visibles » par le grand public de ce qui s’apparentait à des signes de fin de crise post-2008. Et d’une consommation qui repart, après des mois de forte tension sur le budget -et le moral- des ménages en France.

>>> A relire : l’achat plaisir revient, fini de la crise ?

Sans compter que le boom des écrans plats avait déjà, depuis le début des années 2000, musclé les ventes du secteur. En 2010-2011, il s’en était ainsi vendu pas moins de dix millions ! Gfk rappelle, sur ce point, que 4,5 millions de téléviseurs à tubes cathodiques se vendaient chaque année à leur époque (les années 1990…).

On notera en revanche, enfin, que le « panier moyen » sur les télévisions augmente. Les Français achètent moins de télés, mais se font davantage plaisir  : ils dépensent en moyenne 425 euros sur les six premiers moins de l’année 2017, contre 372 euros sur la même période en 2016.

Pour analyser ses chiffres, Touslesbudgets a sollicité l’expert image/TV du cabinet Gfk, Fabien Gulluni.

Touslesbudgets.com : Dans quelle santé se trouve le marché de la télévision en France ?

Fabien Gulluni : Nous sortons d’une année 2016 très atypique car elle a été le théâtre de deux évènements qui ont tout chamboulé : le passage à la TNT HD -le 5 avril- puis l’Euro de football ont dopé les ventes entre avril et juillet.

A l’arrivée, l’année 2016 s’est terminée avec 6,5 millions de télévisions vendues. Un niveau pas vu depuis quatre ou cinq ans. 2017 devrait se finir légèrement en-dessous des 5 millions de ventes. Comparée à 2015, une année « normale », où 5,1 millions de télévisions s’étaient vendues, ce n’est pas un drame absolu.

TLB : Quel a été l’effet produit par le changement vers la TNT HD ?

F.G. : Un certain nombre de gens s’est retrouvé face à un achat quasi-obligatoire, ce qui a considérablement augmenté les ventes d’appareils de petite taille et de petit prix. Or c’est essentiellement cette partie du marché qui est recul en 2017.

La baisse des ventes après un évènement tel qu’un Euro de football est quelque chose que l’on observe habituellement. Les mauvais chiffres de vente pour cette année sont principalement dus à un « effet TNT HD ».

TLB : Vers quelles gammes de produits les Français se tournent-ils ?

F.G. : On observe un nouveau basculement cette année, avec des téléviseurs connectés et ultra-HD (4K) qui se vendent bien. Ces produits là, que l’on peut qualifier de « haut de gamme », arrivent à redynamiser le marché.

TLB : La profusion des écrans à la maison (mobile, tablette…) sur lesquels on peut regarder la TV n’a donc pas « tué » le grand écran du salon ?

F.G. : La télévision reste toujours l’écran de référence. Par mécanisme, par habitude, les gens vont se servir de la TV, qui reste l’un des produits de masse les plus vendus. La France compte un taux d’équipement des foyers de 95%, qui a connu une légère baisse il y a trois ou quatre ans mais qui se stabilise désormais.

Certes, les plus jeunes ont tendance à aller vers Internet ou les écrans les plus petits, mais la grande partie de la population continue à regarder les informations ou des séries à la télévision.

Le marché, à l’avenir, devrait s’établir entre 4,5 et 5 millions d’unités vendues par an. C’est d’ailleurs la taille qu’il faisait avant l’arrivée des écrans plats.

Touslesbudgets.com/ Propos recueillis par Benjamin Hay - © Christian Delbert - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Les « gros pleins » de courses moins fréquents

Le "gros plein" de courses est en baisse légère mais constante depuis une dizaine d'années, selon une étude.

L’hypermarché, un modèle qui a vécu

L'hypermarché, symbole du développement de la grande consommation autrefois, a bien du mal à résister à l'arrivée de nouveaux canaux d'achat.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil