Un site d'information
proposé par
Education

Payer l’école, un bon calcul ?

école

Certains parents d’élèves jugent le privé plus sûr, mieux encadré, mieux fréquenté et d’un meilleur niveau que le public. Ils sont donc prêts à payer le prix pour leurs enfants, même si rien ne garantit un meilleur avenir à ceux qui passent par le privé.

Avec plus d’un élève sur cinq scolarisé dans le privé*, la France reste dans le peloton de tête des pays de l’Union européenne où cohabitent les deux systèmes, public et privé. Assez loin des Pays-Bas et de la Belgique, où une majorité d’enfants sont traditionnellement instruits dans le privé, les parents de plus de 2 millions de petits Français continuent de faire confiance aux établissements privés pour guider leur(s) enfant(s) sur le chemin de la réussite.

Tous acceptent d’en payer le prix, soit entre 250 et 800 euros en moyenne par enfant et par an dans les établissements sous contrat avec l’Éducation Nationale. Et parfois beaucoup plus cher dans les établissements hors contrat, qui  représentent environ 5% des 9000 écoles, collèges ou lycées privés de l’hexagone.

Pourquoi consentir une telle dépense pour un service dispensé gratuitement dans le public ? Parce que les parents d’élèves estiment l’investissement rentable à long terme.

Lire aussi : Un coût de la rentrée stable pour 2016

La cantine, « vraiment chère »

Une étude récente** montre ainsi que les parents d’élèves scolarisés dans le privé jugent que l’établissement de leur enfant est mieux fréquenté et qu’il bénéficie d’un meilleur encadrement, d’un niveau scolaire plus élevé et d’une meilleure sécurité que dans le public.

« Je n’en ai jamais fait une question de principe », précise Estelle, une Nantaise mère de deux enfants scolarisés dans le privé. « Si j’ai fait ce choix, justifie-t-elle, c’est parce que l’école et le collège les plus proches de chez nous sont privés.  Les frais de scolarité ne sont pas très élevés et ils sont modulés en fonction des revenus des parents. »

Pour Jean-Pierre et Caroline, parents de deux filles et d’un garçon dans le privé, la question ne s’est jamais vraiment  posée. « Nous avons mis nos enfants dans un établissement privé de Salon-de-Provence où j’ai moi-même fait ma scolarité, de la maternelle au bac. Je les ai inscrits dès qu’ils sont nés », raconte Jean-Pierre.

Le coût ? « 1 400 euros pour les trois à l’année, ça reste raisonnable », estime-t-il. D’autant que « les établissements publics où j’aurais dû les mettre n’ont pas très bonne réputation », selon Jean-Pierre, qui trouve seulement « la cantine vraiment chère par rapport au public. Et pas forcément meilleure, d’après mes enfants ».

Pour tous les parents, le plus important reste toutefois les résultats obtenus à l’école par leur progéniture.  Si c’est bon, on paye sans regrets.

Lire aussi : Quel coût pour la cantine scolaire ?

*Dans les écoles primaires, les collèges et les lycées – source : ministère de l’Education Nationale, 2012

**Mathieu Valdenaire, École des Hautes Études en Sciences Sociales : Impact de la taille des classes sur les résultats scolaires en ZEP et dans le privé – juin 2011.

Touslesbudgets.com - © Robert Kneschke - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Faire garder son enfant, combien ça coûte ?

Tant que le petit n’a pas fait sa rentrée à la maternelle, il faut pouvoir le faire garder. Voici la liste et les prix des différents modes de garde.

Le marché de la trousse des gauchers

Utiliser du matériel de droitier lorsqu'on est gaucher peut être complexe. Des fournitures scolaires ont été conçues pour eux, au même prix.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil