Un site d'information
proposé par
Loisirs

Quand le high-tech s’invite à la plage

quand le high-tech s'invite à la plage Iot objet connecté

Les jeunes entreprises innovantes fourmillent d’idées et d’objets « connectés » pour nous faciliter la vie. Même cet été à la plage.

Les nouvelles technologies sont de plus en plus présentes dans notre quotidien. Surtout à la maison. Une diffusion facilitée par nos modes de vie, de plus en plus reliés à Internet, et à des prix qui commencent à se stabiliser, voire à baisser sur certaines familles de produits.

A l’approche des vacances d’été, voici une sélection de quelques objets « connectés » qui pourraient prendre place dans votre sac de plage :

Le parasol connecté

On commence par le haut, avec le parasol nouvelle génération. Il n’en n’existe pas beaucoup encore, mais l’on peut citer Leaf for Life, une invention née à Toulouse. L’objet a l’allure d’un parasol classique, au détail près qu’il est équipé d’un petit panneau solaire qui permet de recharger votre téléphone portable, grâce à deux ports USB. Pas mal, si on arrive à avoir du réseau -ce qui n’est pas le cas partout-.

Leaf for Life est évidemment pourvu d’un tissu anti-UV en acrylique renforcé. Disponible sur le site de la marque moyennant 165 euros.

Une petite vidéo explicative :

Pour ceux qui passeraient l’été dans une région pluvieuse (même si, on le sait, ça n’existe pas vraiment), il existe aussi Oombrella, un parapluie connecté qui embarque un série de capteurs. Ceux-ci, reliés à une application mobile, vous indiquent si, avant de sortir, le risque de pluie à venir est tel que vous devez prendre votre parapluie.

Une innovation de la start-up français Wezzoo, disponible sur la plateforme de financement participatif Indiegogo pour 79 euros.

Le maillot de bain connecté

Sous le parasol, il y a le vacancier. Et le vacancier, lui aussi, est un objet de recherche et développement. Plus particulièrement ce qu’il porte sur lui, les vêtements intelligents qui inondent le monde du sport en sont le témoignage.

Mais pas question d’effort ici, puisque l’on parle de maillot de bain intelligent. La marque alsacienne Spinali Design a ainsi imaginé Neviano UV Protect, un maillot deux pièces qui dispose de plusieurs fonctions. « Les fonctions ‘météo’, ‘photo’, ainsi que les services ‘conseils bronzage’, ‘alerte crème’ vous apporteront le meilleur du numérique lors de l’utilisation de notre Neviano UV Protect », explique-t-on sur le site de la marque.

Cerise sur le maillot, « l’application intègre la fonction Valentin qui prévient votre conjoint qu’il doit vous remettre de la crème solaire ». Le tout est disponible à partir de 169 euros.

Là aussi, vous avez le droit à une démo (en anglais) :

Pour éviter les coups de soleil ou la déshydratation, des bracelets et bouteilles d’eau connectées sont également à la vente.

Les lunettes de soleil connectées

Tout ceci n’est pas assez high-tech pour vous ? Attention les yeux : côté lunettes de soleil, vous risquez d’être servis. Commençons avec le modèle de la marque américaine Zungle, disponible en différents coloris en précommande sur le site de la marque (119 dollars, 105 euros environ).

Comme l’expliquait dernièrement le site spécialisé objetconnecte.net, « les Zungle Panther, connectées à votre smartphone via Bluetooth, renferment dans leurs branches des capteurs high-tech qui transforment la musique en vibrations en passant par les os du crâne ».

Dotées d’une autonomie de quatre heures, les Zungle sont équipées d’une molette sur ses branches qui permet de switcher facilement d’un morceau de musique à un autre. Cadeau : elles sont étanches. Vous pourrez donc même vous déhancher sous l’eau, le son à fond (a priori, on dérange moins de monde comme ça).

Ses concurrentes ont fait beaucoup de bruit dernièrement dans la sphère high-tech. Voici les lunettes mises au point par les créateurs du réseau social Snapchat. Baptisées « Spectacles », elles permettent de réaliser de petites vidéos à partager sur l’appli. Un clic sur un bouton, posé sur les montures, offre la possibilité à vos amis de voir votre environnement avec vos yeux.

Des séquences de dix à trente secondes captées grâce à deux caméras intégrées. Les Spectacles sont disponibles en France au prix de 149 euros. Ne pas les oublier dans le sable.

Pas de vidéo explicative ici, mais on vous conseille de lire « l’aventure » de cette journaliste du journal Les Echos, qui a vécu dix jours avec ces drôles de lunettes de soleil.

Bonus : la famille Waterproof

Dans la famille Waterproof, on n’est pas forcément « connectés ». Par contre, on résiste à l’eau. Et ça, à la plage, c’est pas mal. Il existe ainsi toute une série d’appareils photo (Olympus, Panasonic, Ricoh…) que vous pourrez immerger.

Même chose du côté des tablettes tactiles/liseuses et des smartphones. Oui, votre portable peut tomber dans l’océan sans souci (pensez à le rattraper). On peut citer par exemple les appareils de la marque Sony (Xperia Z1 et Z2), de Samsung (Galaxy S5) ou le Quechua Phone (Décathlon).

Benjamin Hay - © olezzo - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Vacances d’été : les tendances 2017

Top destinations, budget moyen pour une nuit d'hôtel : découvrez les prévisions de Trivago pour les vacances cet été.

Ces objets high-tech à découvrir

A l'occasion du mondial du high-tech, le CES de Las Vegas, TLB a sélectionné cinq produits à même de changer votre quotidien.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil