Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Quand les herbes aromatiques épicent l’addition

herbes aromatiques

Une étude de l’association de consommateurs CLCV dénonce les prix jugés trop élevés des herbes aromatiques vendues en grandes surfaces.

Apprécier les herbes aromatiques relèverait-il du « goût de luxe » ? Sans aller aussi loin, l’association de consommateurs CLCV a toutefois tenu à mettre en garde le consommateur -et les marques- sur les tarifs jugés trop élevés de certaines d’entre elles, notamment en grandes surfaces.

Onze herbes parmi les plus couramment utilisées ont été étudiées courant mars, en magasins et sur les sites drive. On parle entre autres de coriandre, de ciboulette, de basilic ou d’aneth. Pas moins de 295 références passées au crible, dont 57% de la marque Ducros, le reste se partageant entre d’autres marques nationales et les marques de distributeurs.

Premier constat : en moyenne, à format comparable, les herbes de Provence sont les moins chères (environ 60 euros le kilo) et la ciboulette la plus chère (environ 400 euros le kilo, vous avez bien lu).

L’association de consommateurs a ensuite pu classer les herbes aromatiques en deux « familles », avec d’un coté les herbes de Provence, le thym, le romarin ou le basilic « avec un prix moyen inférieur à 200 euros le kilo ». De l’autre, les « fines herbes » comme le persil, la coriandre, l’estragon ou la ciboulette, dont le prix moyen est… supérieur à 200 euros le kilo !

>>> Lire aussi : Le montant du panier de courses stable en 2016

Pots identiques, quantités différentes

Au niveau des marques, le CLCV a constaté un écart important entre le prix moyen des marques nationales et celui des marques de distributeurs, deux à quatre fois moins chères sur l’estragon et la ciboulette. L’association précise par ailleurs « que chaque enseigne a sa propre politique et les écarts de prix entre les marques nationales et distributeurs sont variables pour chaque herbe aromatique ».

Elle attire également l’attention sur « l’effet d’optique » possible « face à des pots identiques aux prix parfois très proches mais aux quantités bien différentes ». Et ceci vaut pour l’ensemble des marques, où, selon le CLCV, qui relève également que les herbes aromatiques vendues en grande quantité coûtent moins cher qu’en format standard. « Par exemple, pour les herbes de Provence, le prix moyen en « grande quantité » (40 grammes ou plus) est 1,7 fois moins cher que les mêmes herbes en format standard (environ 21 grammes) », détaille l’association.

Conclusion du CLCV : « Comme pour n’importe quel produit alimentaire (…), prenez le temps de bien regarder sa contenance. De plus, ayez le réflexe de regarder le prix au kilo. Ce dernier peut vous aider à comparer le prix des herbes aromatiques entre elles mais également pour une herbe aromatique donnée, de comparer les différentes marques entre elles. »

N’hésitez donc pas à vous servir des herbes aromatiques pour relever vos plats. Mais attention, une fois à la caisse, à ne pas trop épicer l’addition.

>>> Aller plus loin : Cinq applications pour des courses moins chères

Benjamin Hay - © Dionisvera - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Les Français cuisinent à toutes les sauces

A coté des classiques ketchup ou mayonnaise, les ventes de sauces froides et chaudes se portent au mieux.

Thermomix, pourquoi un tel engouement ?

Rarement un produit non vendu en grande surface n’a connu autant de succès.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil