Un site d'information
proposé par
Education

Quatre idées d’activités extra-scolaires pour la rentrée

quatre idées d'activités extra-scolaires à la rentrée

Une fois la rentrée scolaire passée, vient le temps de choisir une ou plusieurs activités pour vos bambins. Voici quelques idées, afin d’occuper au mieux leur temps libre.

Une étude réalisée en août 2017, par le site de bons plans Mareduc, évalue à 233 € en moyenne le budget annuel que les familles françaises consacrent aux activités extrascolaires de leur enfant (inscription, matériel et frais éventuels d’assurance).

Sous certaines conditions de ressources, la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) propose différentes aides aux loisirs et l’État distribue également des coupons sport, sur le même principe que les chèques-vacances. Touslesbudgets vous propose une sélection d’activités tendances ou insolites qui permettront à votre enfant de s’épanouir.

  • Le(s) plus populaire(s) : football et équitation

Les olympiades passent, mais les activités sportives les plus pratiquées en France restent les mêmes : football pour les garçons (1,9 million de licenciés et 94% d’hommes en 2016) et équitation pour les filles (663 000 licenciés dont 83% de femmes en 2016). Si, pour chaque discipline, les licences restent accessibles (entre 30 et 80 €, selon le niveau), l’inscription au club augmente nettement pour les loisirs équestres (plus de 500 euros annuels pour les centres haut de gamme).

  • La plus tendance : le cirque

Initiation au théâtre, improvisation, arts plastiques, éveil musical… Les disciplines artistiques pour enfants ne manquent pas. Parmi elles, le cirque connaît un regain d’intérêt depuis quelques années. La raison ? Cette discipline complète, à la fois sportive et artistique, permet à la fois de travailler souplesse, coordination et créativité. Le tout pour un tarif qui se situe, en général, autour de 200 euros, soit le prix d’une année dans la plupart des clubs de tennis.

  • La plus 2.0 : le « coding »

Débarqué avec la révolution numérique, le « coding » (comprenez l’art de rédiger le code qui permet de programmer des logiciels informatiques) commence à être perçu comme un authentique loisir. Des cours sont dispensés un peu partout en France, dans les grandes villes, pour des tarifs encore élevés (comptez 600 euros par an, en moyenne, pour des séances hebdomadaires). Mais il existe aussi des solutions moins coûteuses comme les stages, voire le Coding Club d’Epitech, des cours gratuits destinés exclusivement aux lycéens.

  • La plus zen : le Yoga

L’art de se relaxer n’est pas réservé uniquement aux adultes stressés par le mode de vie contemporain. Les enfants peuvent s’y mettre, dès l’âge de trois ans, sous réserve que le cours soit adapté à leur morphologie et à leur capacité d’attention.

À la séance (entre 15 et 30 euros) ou à l’année (de 200 à 300 euros selon la structure à laquelle vous adhérez), le Yoga peut même se pratiquer en ligne et en famille grâce au site YogaConnect (comptez 18 euros par mois pour l’accès à toutes les vidéos).

Romain Carlioz - © matimix - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

« Le souhait de l’enfant est un critère d’achat »

Le Baromètre Approuvé par les familles 2017 met en lumière le rôle grandissant des enfants dans la décision d'achat de leurs parents.

Volpy, l’appli qui rachète votre vieux portable

L’appli analyse l’état de votre mobile et vous propose un prix de rachat. Un bon moyen de se débarrasser de vos vieux appareils.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil