Un site d'information
proposé par
Santé

Soins dentaires : la tentation de l’étranger

En 2013, environ 20 000 personnes ont franchi les frontières pour faire soigner leurs dents à l’étranger, attirés par des tarifs moins chers sur les grosses opérations. Goutte d’eau pour certains, vrai phénomène pour d’autres, la tendance semble s’inscrire dans la durée.

Budapest, capitale de la Hongrie. Selon le rapport 2013 du Centre national des soins à l’étranger (CNSE), il s’agit de la troisième destination en Europe la plus prisée des Français pour leurs soins dentaires (1 956 dossiers, derrière le Portugal et l’Espagne). C’est aussi là que l’on y dépense le plus, 1 557 euros en moyenne par dossier.

C’est ici que Vincent Delorme, gérant de la société Endurance Implant, spécialisée dans le tourisme dentaire, a implanté un bureau délocalisé qui voit passer chaque année « plusieurs centaines » de Français. Lesquels, après avoir accepté un devis, viennent faire soigner leur dentition dans l’une des cliniques locales sous contrat avec l’agence.

>> Lire aussi : Des solutions pour des soins dentaires moins chers

S’il est délicat d’avancer un chiffre précis, le CNSE rapporte avoir traité 21 278 dossiers de remboursements pour des soins dentaires hors de nos frontières en 2013 (plus de 90% en Europe), pour une dépense totale de plus de 9,6 millions d’euros (500 euros par dossier en moyenne contre 459 euros en 2012). Du côté d’Endurance Implant, la clientèle va « de 30 à 80 ans, dans tous les cas des gens qui n’ont pas un niveau de vie élevé ».

Chez Smile Partner, autre agence française spécialisée (2 000 patients par an), « on touche une classe moyenne active et de jeunes seniors. Ce n’est pas du tout la même clientèle que pour une clinique low cost ou un centre dentaire mutualiste, plus populaire que la nôtre », détaille Caroline Freuchet-Bournay, dirigeante et fondatrice de la société. Laquelle revendique « une croissance à deux chiffres » chaque année depuis sa création, en 2007.

Deux à trois fois moins cher

Des patients démotivés « par la longueur et la cherté des soins » en France, s’accordent les professionnels. Selon un sondage de l’institut LH2 pour le Collectif interassociatif sur la santé (CISS)*, 67% des Français envisageant un départ à l’étranger pour soigner leurs dents sont motivés par des questions financières. « Il s’agit surtout des prothèses. En France, les soins type carries sont plafonnés par la sécurité sociale, donc pas très chers. Certains dentistes compensent donc sur les couronnes et les bridges », affirme Caroline Freuchet-Bournay.

En Hongrie ou en Espagne, la chirurgie dentaire coûterait « entre 40 et 60% moins cher » qu’en France. « La grosse différence ne se fait pas sur l’implant en lui-même, mais sur les couronnes, qui coûtent 600 euros en France contre 200 euros en Hongrie », précise Vincent Delorme. Au détriment de la qualité des soins ? « On impose à nos cliniques de ne travailler qu’avec les cinq plus grosses compagnies d’implants au monde », répond-t-on chez Smile Partner.

Pour le patient, l’économie se fait sur le prix de l’intervention chirurgicale. Pas sur le reste : les billets d’avion et l’hébergement demeurent à sa charge, quand bien même la plupart des agences aident à les trouver à prix abordable. Le transport entre l’aéroport et l’hôtel étant généralement pris en charge par la clinique. « Plus le patient fait de soins, plus on peut lui offrir de frais. C’est à la discrétion de la clinique », explique Vincent Delorme.

Quoiqu’il en soit, les chiffres du tourisme dentaire « restent extrêmement modestes » et qui « ne bouleverseront pas l’organisation des soins en France », selon l’Ordre national des chirurgiens-dentistes. Des spécialistes qui rappellent que « la protection des patients ne devrait pas être livrée à la seule loi du marché ». Selon le sondage réalisé par le CISS, 9% des Français envisageraient de franchir le pas.

*réalisé auprès d’un échantillon de 1 224 personnes, représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées par téléphone et Internet les 8 et 9 octobre 2014

Benjamin Hay - Illustration © contrastwerkstatt - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Ces dentistes qui cassent les prix

Des centres dentaires low-cost voient le jour avec l'ambition de diviser par deux le budget des patients. Enquête sur ces dentistes à bas prix.

Le 15 du mois, le porte-monnaie des Français est déjà vide

45% des Français disent avoir du mal à boucler leurs fins de mois.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil