Un site d'information
proposé par
Auto

Sur le Net, des pièces détachées à prix cassé

Fotolia_48911553_S.jpg

L’année 2013 n’a pas été un bon cru pour l’automobiliste français. Hausse du coût de l’utilisation de la voiture, hausse du prix de l’entretien et de la main d’œuvre forment un terreau idéal pour le développement des sites Internet de pièces détachées.

On trouve -presque- tout sur ces sites : « Toutes les pièces qui vont être changées dans la vie du véhicule, sauf celles considérées comme des pièces d’usure », détaille Thierry Delesalle, responsable du site 123picesderechange. Pas ou peu de pièces de carrosserie, donc, monopole des constructeurs dans l’attente d’une possible libéralisation du marché. Internet regorge tout de même de milliers d’autres pièces de toutes marques, du premier prix au premium, « similaires à celles des constructeurs », explique t-on chez Mister Auto.com. D’après l’Autorité de la concurrence, la France est le seul pays de l’Union européenne où le prix des pièces détachées a augmenté en termes réels entre 1998 et 2010 (+13% hors inflation).

Sur le net, bricoleur et monsieur tout-le-monde privilégient ainsi plaquettes de frein, huile et essuie-glaces. On y réalise « presque 50% d’économie sur tout », avance t-on chez Mister Auto, où le panier moyen avoisine les 75 euros. Dans le cas d’une Peugeot 308, le prix d’un jeu de quatre plaquettes de freins avant de l’équipementier Bosch (modèle BP 1173) revient, dans notre test, en moyenne, à 39 euros sur Internet, à 90 euros en centre auto (60 de produit et 30 de pose) et à 169 euros (tout compris) chez le constructeur.

Sur la même voiture, un même filtre à air de marque Knecht (modèle LX1969) coûte, en moyenne, deux fois moins cher sur Internet qu’en centre auto (ajoutez environ 12 euros de pose). Une différence qui s’explique, notamment, par des frais de gestion, de logistique ou de centralisation des achats différents des distributeurs classiques.

==> Aller plus loin : notre dossier sur les astuces pour diminuer son budget auto

Prix des pièces et de la main d’œuvre en hausse

En 2012, selon un rapport de l’Automobile club association, le coût des pièces de rechange a augmenté de 1.7%, celui de la main d’œuvre de 3.7%*. Certains sites proposent ainsi de faire monter les pièces via un réseau de garagistes partenaires. Avec l’économie sur le coût de la pièce, « on s’y retrouve quand même », affirme Thierry Delesalle. Attention toutefois à la garantie constructeur : « Les constructeurs vont chipoter, car si les pièces sont les mêmes, le montage n’est pas agrée par leurs mécaniciens, précise t-on chez Mister Auto. Le site est ainsi plutôt destiné aux voitures hors garantie, qui ont 2, 3, 4 ou 5 ans ». Coté sécurité, certains portails proposent des aides (vidéos, blogs) pour le montage des pièces. « On n’encourage pas les gens à faire des choses complexes », confirme Thierry Delesalle.

D’ici dix ans, 62% des Français envisagent d’utiliser Internet pour l’achat de leurs pièces auto. Avec un parc automobile français vieillissant (8,3 ans en 2013 selon le Comité des constructeurs français d’automobile), le marché a de l’avenir.

Benjamin Hay

© yuryrumovsky
*pour un modèle type Clio essence

Vous aimerez aussi

Des réparations auto de plus en plus coûteuses

La hausse du coût des réparations auto pousse de nombreux automobilistes à retarder leur visite chez le garagiste.

Self-garage : quand le client devient mécanicien

Une soixantaine de garages en France proposent à leurs clients de réparer ou d'entretenir eux-mêmes leur véhicule afin de faire des économies.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil