Un site d'information
proposé par
Mode de vie

Tour de France : la caravane rapproche marques et public

tour de france la caravane rapproche marques et public

Le Tour de France cycliste, qui s’élancera samedi depuis l’Allemagne, est l’un des derniers grands évènements sportifs à l’accès gratuit. Avant le passage des coureurs, sa caravane publicitaire est l’occasion pour les marques d’entretenir une relation unique avec le consommateur.

Il revient comme chaque année à l’approche des vacances d’été. Le Tour de France cycliste, qui partira de Düsseldorf (Allemagne) samedi, est une compétition sportive unique, à bien des titres. Il est l’un des derniers grands évènements accessibles gratuitement, retransmis dans 190 pays et suivi par des millions de personnes, au bord des routes comme derrière leur écran.

Autre singularité : sa caravane publicitaire, qui emprunte le trajet des coureurs avec, environ, deux heures d’avance. On ne la voit pas pendant les directs. Et pourtant… Selon une étude relayée par l’organisateur du Tour (Amaury Sport Organisation), en 2014, 47% des spectateurs présents sur ses routes déclaraient y venir « en priorité pour la caravane » !

Avec un tel engouement, les marques qui le peuvent auraient tort de se priver d’une présence. En 2016, la caravane du Tour regroupait 35 marques pour quatorze millions d’objets distribués. Rien que ça. L’absence d’images à la télévision (du moins pendant les directs) ne gâche pas grand chose : le téléspectateur voit chaque jour, pendant la course, des dizaines d’objets issus de la caravane dans les mains ou sur la tête des gens présents au bord de la route.

Coller à l’image du Tour de France

Parmi ces objets, il en est un que vous n’avez pas pu manquer. Cela fera dix-neuf ans, cette année, que Cochonou est l’une des stars de la caravane. Le motif Vichy de ses bobs (qui ont succédé à la cultissime casquette au début des années 2000) font clairement partie du décor.

« L’image de Cochonou est très en phase avec celle du Tour de France, un évènement typiquement Français, populaire, qui existe depuis longtemps« , explique le directeur marketing de la marque, Patrick Bombart. Ses 2CV, elles aussi au motif Vichy, sont très appréciées. Elles sont l’un des pivots d’une stratégie où l’on fait du spectateur un acteur du spectacle, notamment avec des quizz musicaux, des dégustations et, évidemment, la distribution des fameux bobs ou d’échantillons de mini-saucissons.

Les marques présentes développent aussi une interaction forte avec le public sur les réseaux sociaux. Chez Cochonou, on est allés plus loin en créant un blog dédié. La présence sur la caravane du Tour « crée du lien entre le public et la marque », confirme Patrick Bombart.

Il n’y a pas qu’avec le public que le lien se renforce. « Cela permet aussi de créer un rendez-vous avec la grande distribution, d’animer les points de vente en grandes surfaces pour participer à la dynamique commerciale » autour de l’évènement, ajoute le représentant de la marque.

Pour Cochonou, 20% des ventes sur la période

Le Tour s’apparente ainsi aux foires aux vins. Un rendez-vous de consommation devenu incontournable. « La notoriété de Cochonou est déjà forte mais, sur la période, nous gagnons trois à quatre points supplémentaires« , confie Patrick Bombart. A tel point que la marque réalise plus de 20% de ses ventes annuelles pendant la durée de l’épreuve, qui tombe à l’arrivée des beaux jours, où le saucisson se fait toujours plus présent sur les tables à l’apéritif.

Cette année encore, Cochonou distribuera plus de 100 000 bobs sur les routes de la Grande Boucle. La marque devrait être présente au sein de la caravane jusqu’en 2020, au moins.

En 2015, entre dix et douze millions de personnes sont venus acclamer les coureurs (et la caravane) sur le parcours du Tour de France.

Benjamin Hay - © ChiccoDodiFC - Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Jeter moins et vivre mieux : un livre vous dit tout

Les auteurs du livre Zéro Gaspi ! La méthode pour moins jeter et vivre mieux donnent leurs astuces pour mêler consommation responsable et économies.

Thermomix, pourquoi un tel engouement ?

Rarement un produit non vendu en grande surface n’a connu autant de succès.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil