Un site d'information
proposé par
Auto

Contrôle technique auto, du changement pour 2018

Le contrôle technique automobile va connaître une série de changements à compter de mai 2018. Plus de points de contrôle et un délai de 24h obligatoire pour certaines réparations. Les prix devraient s’en ressentir.

L’année 2018 commence -bien avant l’heure- mal pour les automobilistes. Entre l’annonce de l’augmentation des taxes sur le diesel (+10%) et la baisse de la prime à la conversion vers les véhicules propres, c’est au tour du contrôle technique de subir des modifications qui risquent de faire débat.

Ces changements entreront en vigueur à compter de mai 2018. Première mesure : l’augmentation du nombre de points de contrôle. Ils passeront de 124 aujourd’hui à près de 400 d’ici six mois. Autre annonce, celle de l’instauration d’un défaut « grave ou critique ». Celui-ci pourra prendre la forme d’une fuite de liquide ou d’un souci de corrosion sur une pièce. Là, la sanction sera dure : obligation de réparer sous 24h, sous peine de ne pouvoir utiliser le véhicule.

A l’arrivée, nombre d’observateurs craignent une hausse non-négligeable des tarifs. Lesquels, à l’heure actuelle, oscillent entre 50 et un peu moins de 100 euros la visite.

Benjamin Hay - © Fotolia.com

Vous aimerez aussi

Comment calcule-t-on le prix du carburant ?

Entre le montant du baril, les taxes et les marges, le prix du carburant ne reflète pas uniquement le cours du pétrole brut.

Bag in box, la seconde vie du cubi de vin

En France, en 2016, dans la grande distribution, le "Bib" représentait 39% des ventes de vin en volume et 24% en valeur.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil