Un site d'information
proposé par
Auto

Voiture électrique d’occasion : ce qu’il faut savoir

électrique

Encore marginal, le marché d’occasion de la voiture électrique commence toutefois à s’organiser en France. Avant de vous lancer dans un tel achat, petit guide d’usage pour rouler serein, malin et écolo…

Si on ne peut parler de déferlante, force est de constater que la voiture électrique rentre peu à peu dans les mœurs des Français. Ainsi, même si les chiffres restent infimes comparés aux 5 millions de voitures thermiques qui, chaque année, changent de propriétaires dans l’Hexagone (contre quelques milliers pour la voiture électrique), la réalité est bel et bien là : les voitures électriques, elles-aussi, commencent à bénéficier d’une deuxième vie, sous l’impulsion des pouvoirs publics et des constructeurs qui se saisissent des enjeux environnementaux mais aussi financiers, à terme.

>>> Lire aussi : Électrique et hybride : les Français prêts à franchir le pas

Car si l’achat d’un véhicule électrique, même d’occasion, reste plus cher que l’achat d’un autre véhicule, ce surcoût peut s’avérer gagnant au final pour l’usager. Un marché boosté notamment par le retour en concession des premières Renault Zoe de 2013 selon les chiffres d’Avere France (Association pour le développement de la mobilité électrique) qui évalue à 70% la part de ce modèle sur le marché particulier.

Des véhicules comme Nissan Leaf, Peugeot Ion, Citroën C-Zero ou encore BMW i3 se retrouvent également aujourd’hui sur ce marché, soit parce qu’ils reviennent de leur premier contrat de location (souvent de 3 ans) ou sont revendus par les particuliers. De quoi satisfaire, aussi, la diversité des goûts et des besoins de chacun.

Une réalité qui commence à transparaître dans les chiffres : selon les derniers chiffres disponibles, le nombre de ventes d’occasion réalisées chaque mois s’établit à 684 en septembre 2017 contre 422 en septembre 2016, soit une progression de 62% qui laisse augurer d’un avenir prometteur, notamment dans les grandes villes où les voitures classiques ont de plus en plus mauvaise presse.

>>> Lire aussi : Revendre sa voiture électrique, un sacerdoce ?

La batterie, élément essentiel

Si le marché semble porteur, avant de vous lancer dans cet achat nouveau sous bien des aspects, quelques points importants sont à retenir :

Tout comme pour l’achat d’un véhicule thermique, des contrôles d’usage sont nécessaires (direction, suspension, habitacle, carrosserie, sécurité, confort, climatisation, etc…) avant de se décider. Cependant, dans le cas de l’achat d’un véhicule électrique, la motorisation électrique, les batteries et leur système de recharge doivent faire l’objet de vérifications spécifiques.

Pièce centrale du véhicule, la batterie doit faire l’objet de toutes les attentions car même si l’autonomie a été grandement améliorée, elle perd de sa capacité avec le temps. Il convient donc de faire un test de recharge. Le cordon et la trappe de recharge doivent également être vérifiés ainsi que tous les câbles (et prises) qui doivent ne comporter aucune entaille ou choc.

Avec respectivement une part de 26% et de 15% des annonces consacrées à la Renault Zoé et la Nissan Leaf, Renault et Nissan sont les deux grands gagnants de ce marché. Les concessionnaires misent donc sur cet engouement et jouent donc le jeu : Nissan a ainsi lancé, l’année dernière, son label « Nissan club occasions véhicules électriques » qui comprend 100 points de contrôle et une garantie de 12 à 36 mois.

Une opération reprise par Renault qui offre, avec ses « Occasions ZE », une garantie de 12 mois sur ses Zoe ainsi qu’un an de location de batterie pour un euro par mois. Si la station de recharge ne peut s’acquérir d’occasion, des aides existent pour couvrir une partie du montant du matériel et de son installation.

Comparés à des véhicules thermiques de marque généraliste, les véhicules électriques se décotent moins vite. La cote se calcule comme celle d’un véhicule diesel ou essence, selon le nombre de kilomètres, l’état du véhicule, etc. Mais, comme le soulignent les professionnels du secteur, étant donné la fiabilité de son moteur, une voiture électrique restera toujours davantage cotée plusieurs années après sa première mise en circulation qu’un véhicule classique.

Ce prix d’achat élevé sera toutefois rapidement amorti : pour parcourir 100 kilomètres, le moteur électrique coûte de 3 à 5 fois moins cher que ses homologues diesel et essence.

>>> Aller plus loin : Quel avenir pour la voiture électrique ?

Touslesbudgets.com - © Pexels.com

Vous aimerez aussi

Les Français et les marques auto : la fidélité se perd

Nos automobilistes sont nombreux à affirmer leur fidélité à une marque auto. Or la réalité est bien plus nuancée...

Conso : six applis mobiles gratuites à posséder

Avant que le souvenir des vacances ne s’estompe définitivement, notre sélection de six applis utiles pour se faciliter la vie.

Ils l'ont dit sur tous les budgets
Entre 60 et 70% des pannes sur les petits appareils sont dues à un manque d’entretien

Camille Beurdeley, déléguée générale du Groupement Interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager

L'habitat connecté, c'est en permanence de l'innovation, il faut faire le tri

François-Xavier Jeuland, président de la Fédération française de domotique

Le marché automobile retrouve ses niveaux d'avant la crise

Flavien Neuvy, directeur de l'Observatoire Cetelem

Les jeunes ont compris que la thalasso, ce ne sont plus des sommes faramineuses

Philippe Gomez, président du syndicat national de la thalassothérapie

Le sushi n’est pas devenu un produit de masse et ne le deviendra pas

Bernard Boutboul, directeur du cabinet Gira Conseil